Vous vous souvenez d’un type qui s’appelait Stéphane Guillon, vous ? Non, ne dégainez pas tout de suite les hashtags « #RIP », il n’est pas mort. Mais ça fait un bail qu’on n’entend plus parler de cet « humoriste », qui officiait il y a quelques années à la télé et à la radio. Et à vrai dire, on ne s’en plaint pas. Le type était aussi drôle qu’un lampadaire éteint. Heureusement, tout le monde savait que son inspiration s’assècherait dès que sa bête noire ne serait plus à l’Elysée. Depuis mai 2012, en gros, il a donc disparu du PAF tel un avion de la Malaysian Airlines des écrans radars.

Les fans de son « humour » follement punk (« Sarko facho », « DSK obsédé », tout ça, tout ça) sont désormais condamnés à le suivre sur Twitter. Et à se cogner au passage ses boniments sur tous les sujets : alors que même l’Abbé Biolay a renoncé à évangéliser ce réseau social trop mal famé, Guillon, lui, reste un twittos engagé. Entre deux traits d’humour, il tweete encore et toujours ses messages vengeurs, dénonçant avec courage les forces du mal : la « lâche » Ségolène Royal, « l’hystérique » Alain Finkielkraut, l’« effrayant » FN…

Du coup, au lendemain des attentats islamistes de janvier à Paris, quand Dieudonné dit se sentir « Charlie Coulibaly », Stéphane mouche immédiatement son confrère par un tweet sans pitié :

Tweet Stéphane Guillon Dieudonné

Et pan, dans les dents. D’où la surprise des accros aux réseaux sociaux, ce 24 mars, alors qu’on venait tout juste d’apprendre la mort tragique de 150 personnes dans le crash d’un A320 de la compagnie Germanwings. Dès 12h30, alors qu’on ne savait encore rien de plus que ce qu’en disait le Président aux médias, Stéphane Guillon tweetait la super vanne que lui avait inspiré le drame :

tweet Guillon A320

Evidemment, les réactions ne se sont pas fait attendre. Et le pauvre vieux n’a pas reçu que des félicitations. Pas franchement branché autodérision, et encore moins autocritique, Guillon en a donc rajouté une couche :

tweet Guillon Charlie Hebdo

Avec une telle maîtrise de l’effet boomerang, on se dit que Guillon pourrait bien réussir à faire revenir Sarko à l’Elysée.

*Photo : BALTEL/SIPA/1204161506

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite