Il y a quelques jours, je publie sur Quinquagenius et +, mon groupe Facebook pour les plus de 50 ans, une vidéo de France info relatant le retour de manivelle subi par Asia Argento, l’une des accusatrices de Weinstein, accusée à son tour de viol et harcèlement sexuel par un jeune acteur.

Mes films témoignent de mon engagement contre les violences faites aux femmes, mais je déteste certaines facettes de #meetoo : celle qui dénonce sans preuve et jette en pâture des noms au bon peuple, celle qui peopolise les victimes autant que les coupables, transformant en héroïnes des privilégiées pendant que les caissières continuent de se prendre des mains au cul sans avoir jamais les faveurs des paparazzis.

De plus, la posture grandiloquente et théâtrale d’Asia, poing levé face aux photographes, genre « Je suis le Jean Moulin du féminisme, mais depuis deux semaines seulement. Avant, je pouvais pas j’avais poney », m’a passablement agacé.

Alors je pimente ma vidéo avec un brin de mauvais esprit : « C’est ballot ça… “Quand on monte à l’arbre, il faut avoir le cul propre”, ce

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2018 - Causeur #60

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite