Si le consentement à la politique fiscale du gouvernement est en crise, c’est que nos institutions créent structurellement un déficit de légitimité politique. Qu’un parti minoritaire obtienne seul les pleins pouvoirs n’est plus acceptable. La Ve République doit devenir une véritable démocratie parlementaire.


De l’essence à l’essentiel, les « gilets jaunes » ont repris le message des colons américains de Boston en décembre 1773 : « No taxation without representation » (« pas d’impôts sans représentation »). Au-delà de sa dimension strictement économique, le mouvement a posé l’éternelle et fondamentale question, celle à laquelle n’importe quel régime doit faire face : le consentement à la politique fiscale du gouvernement. Si cet enjeu mine la société française depuis des décennies, c’est parce que la Ve République crée structurellement un déficit de légitimité.

Macron se croit légitime…

On le sait bien, le ver est dans le fruit dès l’origine. Dans des circonstances exceptionnelles (la crise algérienne) un homme non moins exceptionnel (le général de Gaulle) choisit de sacrifier la représentativité à l’efficacité – sa légitimité personnelle assurant celle du pouvoir. Légende noire de la IVe République aidant, les Français ont accepté un système politique où un candidat minoritaire au premier tour de l’élection présidentielle obtient les quasi pleins pouvoirs s’il remporte le troisième tour que sont les législatives. Ainsi, choisi au premier tour par 24,01% des votants, Emmanuel Macron a ensuite été préféré par 66,1 % d’entre eux comme le moindre mal face à Marine Le Pen, avant d’obtenir la majorité absolue à l’Assemblée nationale (49,12 % des voix, 350 sièges sur 577), parce que « c’est la logique des institutions d

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Janvier 2019 - Causeur #64

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite