Benoît XVI qu’on croyait archéo, serait-il spécialiste de la bulle médiatique ? Que n’a-t-il fait en levant l’excommunication qui pesait sur les évêques ordonnés par Mgr Lefèbvre ! Incarnations absolues du Mal, au même titre que les Gremlins ou Freddy Krueger, ces quatre guérilleros mitrés et crossés semblaient bien décidés à ne jamais franchir le Rubicon séparant Econe de Rome, tant que l’Eglise n’accepterait pas de remettre la télé en noir et blanc. Honnis par certains, vénérés par d’autres, ces prélats à la nuque raide finissent par se demander s’ils ne sont pas en train de gagner leur combat pour « La Tradition » et tous les autres mots qu’ils écrivent avec une majuscule. En une petite semaine, Williamson est passé du néant à la couv’ de Libé. Un peu de patience et on le verra chez Drucker.

En attendant, dans les médias et plus spécialement sur le net, c’est baston générale. Chacun y va de sa petite opinion sur l’œcuménisme, la réforme liturgique, l’autorité du Magistère, ou encore la longueur du manipule. Les intégristes de la Loi de 1905 ne sont pas les derniers à se lancer dans la bataille. Sans peur et sans reproche, ils se drapent de laïcité, évoquent Voltaire qu’ils n’ont pas lu, prophétisent à l’envi un retour à l’obscurantisme, et finissent par se lasser eux-mêmes de leur bêtise. Enfin, pas toujours, malheureusement…

Bien sûr, la fête ne serait pas complète sans les vaillants défenseurs de la Vraie Foi Catholique de Toujours (bien penser aux majuscules !). Refusant encore de sortir leurs cerveaux du congélo dans lequel ils les ont rangés après Vatican II, ils brandissent quelques bribes de bulles papales moyenâgeuses comme autant de fatwas. De « la communication des idiomes » à « l’apocatastase », ces scholars en scolastique agitent quelques grigris conceptuels mal digérés, nuages de poudre jetés aux yeux des boy-scouts qui les admirent. Et dans cette mouvance traditionaliste, les Pidistes[1. Fidèles de la mouvance lefèbvriste (Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X).] passeraient presque pour des timorés, à côté de leurs camarades sédévacantistes, qui, eux, en plus de prétendre que la « secte conciliaire » (comprenez « l’Eglise Catholique ») est contrôlée par le lobby luthéro-trotsko-judéo-maçonnique, ajoutent que le contrat de travail de Joseph Ratzinger n’est pas valide. Manquerait plus qu’ils en appellent à l’Inspection du Travail !

Bref, j’ai comme l’impression que le pape Benoît XVI aurait fait couler moins d’encre s’il s’était fait surprendre dans une discothèque d’Ibiza devant un rail de coke.

Lire la suite