Quantcast
Home Monde Sous la burqa… l’Angleterre


Sous la burqa… l’Angleterre

Sous la burqa… l’Angleterre
Photo Flickr / Fabbio
Londres
Photo Flickr / Fabbio

Une fois n’est pas coutume, une loi votée en France s’est largement invitée dans le débat politique britannique qui n’a pas pour habitude d’aller s’approvisionner au Palais Bourbon.

L’interdiction du port de la burqa, puisque c’est de cela dont il est question, a pourtant fait la “une” de toute la presse londonienne, au moins autant qu’à Paris. On disait le sujet tabou et inopportun, voire inexistant, les chiffres officiels manquants ou contradictoires… Par la grâce de notre Assemblée nationale le couvercle a sauté, les sondages pleuvent, les opinions s’expriment enfin librement et le secrétaire d’Etat à l’immigration Damian Green a dû se fendre d’une explication en règle sur la ligne de son gouvernement. Ne dites pas merci, c’était un plaisir.

Premier enseignement, et il est de taille, contrairement aux idées reçues qui font d’eux des modèles de tolérance religieuse et les champions d’un communautarisme de bon aloi, l’Anglais de la rue n’aime pas y voir passer des burqas. Elles lui sortent même par les yeux. Ils sont deux tiers, à peine moins qu’en France, à souhaiter qu’on l’interdise purement et simplement. Le Gerin local s’appelle Philip Hollobone. Après avoir interdit sa permanence aux emburqées, ce député tory a annoncé le 14 juillet dernier avoir dans sa manche la petite soeur de la loi française (Face Coverings Bill). Les choses changeraient donc au Royaume ? Les choses changent, sauf l’essentiel.

En Angleterre, on n’interdit pas ce qu’on désapprouve

C’est le deuxième enseignement. Pas question, a répondu le ministre, plus conforme à la tradition de son pays. “Le caractère britannique n’interdit pas ce qu’il désapprouve”. C’est clair, mais qu’on ne s’y trompe pas. Le gouvernement de David Cameron n’est pas favorable à la burqa. Il considère même que son port est une insulte au XXIème siècle, un affront fait aux femmes et à la liberté, une relique de la barbarie médiévale, un outil du pire totalitarisme théocratique qui met l’accent sur la différence, rend difficile l’assimilation des musulmanes… sans compter quelques problèmes pratiques ou sécuritaires. Et caetera, et caetera.

Et pourtant, le voile intégral ne sera pas banni des rues londoniennes où on le croise de plus en plus, dixit ceux qui vendent le gracieux accessoire.

Pour le Français laïc et interventionniste par nature (aggressively secular… Merci Mister Green. Quand vous rencontrerez Eric Besson et le préfet Bousquet dans les comités bilatéraux des migrations, il vous faudra peut-être adopter un langage un peu plus conciliant), on marche sur la tête. Ce qui avec une burqa peut se révéler particulièrement réjouissant.

Pourtant, à l’exception notable du Daily Express toujours très en retrait sur le communautarisme, les arguments des Britanniques, ou plutôt de ceux qui s’expriment en leur nom, ne manquent pas de pertinence.

Une loi qui concerne moins de 2000 personnes sur 64 millions et sera bien difficile à appliquer était-elle concrètement indispensable et proportionné à l’objectif visé ?

En quoi ce voile est-il menaçant ? Quelles valeurs protégeons-nous réellement si jalousement ? Les quelques niqabées interrogées semblent nager dans la félicité et en redemander. Pourquoi s’obstiner à défendre contre elles-mêmes une poignée de cinglées qui jouent à Fais moi mal Mohammed à coup de rouleaux de tissus ? L’interdire ne transmet-il pas indirectement aux Musulmans un message de peur qui est toujours mauvaise conseillère ?

En politisant un problème essentiellement social, en faisant des martyrs de celles, instruites, qui se couvrent le visage pour protester contre (au hasard) la guerre en Afghanistan et le sort des Palestiniens, ne fait-on pas au bout du compte un joli cadeau aux extrémistes qui verront accourir aussitôt de nouvelles “sœurs” ?

La persuasion plutôt que la coercition

Les autorités britanniques nous disent préférer la persuasion et la concertation avec la “communauté musulmane” aux lois contraignantes. À elles l’éducation des plus traditionalistes. Fort bien. Normal, dans un pays qui a fait du communautarisme le socle de sa paix sociale et où l’on se définit d’abord par son appartenance religieuse. On peut bien sûr se poser quelques questions quand on sait avec quel succès le “dialogue” a mené droit aux attentats de juillet 2005. Ou encore quand, du bout des lèvres, off the record, ces mêmes autorités admettent refuser les contacts avec les femmes intégralement couvertes. On les tolère, mais on les ignore. Fantômes elles veulent être, fantômes elles sont de fait. Tant pis pour elles. Elles l’ont bien cherché.

Et si l’honneur de la loi française était précisément de refuser cette mise à l’écart, même volontaire, même choisie ? Difficile à appliquer effectivement, n’en doutons pas, sa portée est aussi symbolique, elle interdit qu’une femme, parce qu’elle est femme, soit exclue de notre communauté au sens le plus large, celle du genre humain, où se parler à visage découvert n’est tout simplement pas négociable.

Entre les folles de Dieu, les folles tout court et les intellectuelles exaltées qui instrumentalisent une religion qui ne leur a rien demandé et contre laquelle nous n’avons rien, n’oublions pas, pour finir, les femmes de mon quartier. Un quartier de l’Ouest londonien banal. Des petits fantômes qui ne sautent pas comme des cabris en réclamant “burqa, burqa, burqa”, ce dont elles seraient bien incapables vu qu’elles sont enceintes à longueur d’année, qui se fichent de Gaza qu’elles auraient du mal à situer sur une carte, à qui aucun journaliste ne viendra demander leur avis car elles ne parlent pas l’anglais et filent sur les trottoirs en rasant les murs avec leurs cohortes de gamins craintifs dans des poussettes triples. Je gage d’ailleurs que personne, jamais, ne leur a demandé leur avis. Sur rien. Elles arrivent de Somalie ou d’Ethiopie, elles n’ont pas vraiment le profil “je la porte, je m’éclate et je fais même du ski avec”. Si une loi, un jour, pouvait s’intéresser à ces malheureuses dont je vois croître le nombre mois après mois, ce ne serait peut être pas plus mal. Quand bien même on dût réduire leur “liberté” très relative de se vêtir comme elles l’entendent. Ou comme on le leur a soufflé. Dans les bronches.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Banques Centrales au bord de la crise mondiale
Next article Le nez dans le ruisseau, la faute à Bégo
Agnes Wickfield est correspondante permanente à Londres.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération