Il y a eu, comme on pouvait s’y attendre à propos de la manifestation de dimanche contre le « mariage pour tous », les habituelles et mutuelles intox de la part des médias, du gouvernement et des organisateurs. Le tout est finalement que l’écart ne soit pas trop énorme d’un côté ou de l’autre. Évitez par exemple les manipulations trop voyantes comme ce fut le cas lors des manifs contre la réforme des retraites fin 2010.  À l’époque,  l’écart allait de un à cinq en moyenne, un million pour la police, trois à cinq pour les manifestants, y compris pour la CFDT toujours prête au compromis.

On avait même songé, à l’époque, sérieusement réviser les modèles de comptage aussi bien du côté des syndicats de la police qui en avaient assez de passer pour des guignols sur ordre de la hiérarchie que du côté des syndicats qui savaient qu’en face d’eux, Sarko l’inflexible avait plastronné en déclarant que lorsqu’il y avait des grèves en France, ça ne se voyait plus.

Au moins, Hollande, a reconnu une certaine « consistance » à la mobilisation de dimanche. Ce n’est pas encore ça mais tout de même, ça change de la néantisation sarkozyste sur la question de qui est effectivement dans la rue. Et puis de 340 000 à 800 000 finalement, même si c’est imprécis, on reste dans l’acceptable pour tout le monde. Au doigt mouillé, ils étaient donc entre cinq cents et six cent mille manifestants. Pas si mal, mais pas non plus le raz-de marée pour l’école privée en 1984 qui servait de référence.

En revanche, nous pouvons comprendre que ces chiffres approximatifs fatiguent les esprits carrés et cartésiens. Donnons donc des chiffres sûrs, des chiffres qui furent communiqués la veille de la manif pour tous et qui, eux ne sont pas contestables, même si les bavardages autour de la question du mariage gay les ont un peu occultés.

Il s’agit des tarifs de la SNCF qui s’envolent à des hauteurs stratosphériques : après une hausse de 3,2 % en 2012, la SNCF vient d’annoncer une nouvelle hausse de ses tarifs de 2,3 % pour la fin janvier, soit le double de l’inflation. En cinq ans, la hausse cumulée atteindra plus de 13,75 %.

La SNCF prétend que c’est pour notre bien, qu’elle nous fait payer à l’avance les investissements qu’elle prévoit. Elle compte dépenser 2,6 milliards pour, dit-elle, « améliorer et développer les services pour les voyageurs ». Bon évidemment, il faudra qu’il y ait encore des voyageurs à ce prix-là. Ils pourront toujours épargner, sachant tout de même que le rendement du livret A vient de baisser à 1, 75%.  Dans ces conditions là, autant profiter d’une rame louée par les organisateurs du nouvelle et éventuelle manif du mariage pour tous pour une petite promenade en couple à Pantruche, histoire d’aller prendre l’air sur le champ de Mars.

Je vais  filer l’idée à Patrick et à Samy. Depuis qu’ils sont ensemble, ils rêvent d’une journée à Paris en guise de voyage de noces…

 

 

Lire la suite