Claude Bartolone le claironne, dans un discours de meeting relayé sur Twitter : « L’Île-de-France monte des start-up, cultive les champs, fait du hip-hop, se tatoue les bras ! »

tweet Claude Bartolone tatouage

Pour les start-up, on n’en doute pas, notamment chez Causeur

En revanche, on connaît assez peu de franciliens qui roulent en tracteur… sans doute parce que le Diesel est mal vu à Paris. Quant au hip-hop, on n’est pas certain qu’il s’agisse de la musique la plus en vogue à Versailles, ni même à Melun. Mais surtout, on se demande bien ce que vient faire le tatouage dans des élections régionales.

Cette énumération de caractéristiques supposées typiques de l’Île-de-France a sans doute pour objectif de toucher les cibles électorales de Claude Bartolone. A savoir : les créateurs d’entreprises innovantes, les bobos à la main verte, les « jeunes de banlieue »… Mais les tatoués, pourquoi ?

Une explication très simple peut pourtant être donnée à cette volonté de séduire l’électeur qui « se tatoue les bras ». D’après un sondage Ipsos réalisé il y a quelques années, le premier choix politique des porteurs de tatouages serait le Front national.

Pas moins de 23% des sympathisants FN sont tatoués, contre à peine 8% pour le PS et 6% pour l’UMP.

Comme quoi, contrairement à une idée fort répandue (on se demande bien pourquoi), Claude Bartolone ne drague pas seulement le « vote communautaire ». Il se pourrait même qu’il n’ait rien contre la « race blanche » dont il assure que Valérie Pécresse – honte à elle – serait la défenderesse.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Pascal Bories
est journaliste.est journaliste.
Lire la suite