Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, novembre 2016. SIPA. AP21977099_000002

Cette histoire de primaires, à droite et à gauche, a quelque chose de bizarre (vous avez dit bizarre ?…) Vous imaginez De Gaulle (ou Mitterrand) passer par des « primaires » qui les auraient mis au niveau de Jean Lecanuet pour l’un, de Gaston Defferre pour l’autre ? Pfff…

D’autant que l’identité des votants pose également problème. À droite, il vous suffira de jurer, croix de bois, croix de fer, croix de Lorraine, que vous partagez les valeurs des « Républicains ». Au PS, on ne sait pas, mais quel moyen de départager les libéraux de droite et les libéraux de gauche ? Alors, les uns et les autres battent le rappel des adversaires. Ainsi, le PS va, paraît-il, voter à droite pour – pour qui, d’ailleurs ? S’ils veulent que leur candidat, quel qu’il soit, ait une quelconque chance, ils ne peuvent pas aller voter pour Juppé, qui les laminera au nom de la social-démocratie. Le PS irait-il jusqu’à voter pour Sarkozy ? Hmm… Et les amis de Marine, hein, pour qui voteront-ils, s’ils vont voter ? Franchement, ils auraient tort de s’abstenir.

Lisez la suite de l’article sur le blog de Jean-Paul Brighelli.

Lire la suite