Metropolis, de Fritz Lang.

Parmi les bienfaits que le monde doit à la France il y a le camembert, « numéro 5 » de Chanel, Rachida Dati, qui devrait entrer au Pavillon des Poids et mesures de Sèvres comme chipie-étalon, et la « primaire citoyenne » qui a fait souffler un vent de modernité sur la politique française. Et ce qui est moderne ne se discute pas.
La corporation journaleuse a finement observé que de Nadine Morano à Frédéric Lefèbvre, on avait commenté la « quinzaine socialiste » avec les mêmes mots – les fameux « éléments de langage ». Les confrères, eux, ont unanimement salué cette « belle leçon de démocratie », mais attention, ça ils l’ont trouvé tout seuls. Et quand on pense tous la même chose dans les mêmes termes, ce n’est pas un « élément de langage », c’est la vérité.

Je ne ferai pas ma grincheuse : la démocratie, je suis pour. À condition de ne pas en abuser. Ce n’est pas parce qu’on nous laisse choisir le socialiste que nous sommes priés d’élire en 2012 qu’il faut la ramener sur tout et n’importe quoi.

Cet article est issu de Causeur magazine n ° 41.

Pour acheter ce numéro, cliquez ici.
Pour s’abonner à Causeur, cliquez ici.


Lire la suite