Quantcast
Home Culture Pierre Nora en a soupé de la repentance, lui aussi


Pierre Nora en a soupé de la repentance, lui aussi

Il y a des bonheurs intellectuels absolus

Pierre Nora en a soupé de la repentance, lui aussi
Pierre Nora (photo) a fondé la revue Le Débat (Gallimard) en 1980. La revue s'est arrêtée en septembre 2020. Photo: Hannah Assouline.

Âgé de 90 ans, l’historien et académicien Pierre Nora publie Une étrange obstination (Gallimard). Il y a des bonheurs intellectuels absolus…


Il y a des bonheurs intellectuels absolus. Quand l’intelligence du propos s’allie au souci de la vérité. Lorsque le langage suit la pensée, mais ne la précède pas pour provoquer. Si la personnalité qui s’exprime contraint à l’approbation même les plus rétifs…

L’enthousiasme qu’engendre la certitude d’avoir un porte-voix plus doué que soi…

Pierre Nora ne m’a jamais fait défaut si j’ose dire. Dans un entretien récent, questionné par Jacques de Saint-Victor pour Le Figaro, il se montre au meilleur et ce qu’il dit de son dernier livre, Une étrange obstination, me confirme dans mon intention, toutes affaires cessantes, de m’y plonger. Ce “marginal central”, s’attachant à la production intellectuelle des années 1970-1990, évoque les œuvres et les personnalités notamment de Le Goff, de Foucault, de Furet et de Aron. Les pépites sont multiples mais pour ma part je voudrais mettre l’accent sur deux idées forces.

A lire aussi, Alain Finkielkraut: «Il n’y a plus d’obstacle aux avancées de la laideur»

La première est cette affirmation de Pierre Nora: l’affaissement culturel favorise l’extrémisme. C’est une évidence mais dont la réalité crée infiniment plus de dégâts que les outrances des extrémismes. Les effets délétères de cet “affaissement culturel” se font sentir partout, dans tous les domaines où, d’une manière ou d’une autre, la pensée et le langage exigeraient une forme d’excellence. La politique est touchée comme le monde médiatique. La culture qui fait défaut ne renvoie pas seulement à une insuffisance intrinsèque qui appauvrit et réduit les personnalités mais par contagion affecte des activités fondamentales qui, sans elle, ne disposent que de la technique pour briller. Ce qui est peu. Par exemple, tout démontre qu’on ne devient un grand magistrat que si la culture, les humanités, l’humanisme – c’est une association, un bloc – irriguent ce que le droit et la pratique professionnelle lui ont apporté.

La seconde lumière dont Pierre Nora nous gratifie tient à son point de vue décisif sur la mémoire, les mémoires, alors que “des lois mémorielles ont été votées avec des conséquences dramatiques pour l’Histoire”. Lui qui a écrit un livre qui a fait date, Les Lieux de mémoire, explique bien la différence radicale entre sa démarche et celle qui fait de la repentance et de la contrition systématiques une aberration, une faute grave. Pour lui, il s’agissait, “avec une dimension profondément libératrice et émancipatrice”, de permettre à ceux qui n’avaient pas eu droit à “la grande histoire” de se réapproprier leur destin, non pas pour les séparer mais pour les réunir. Ainsi pour les paysans, les ouvriers, les femmes et les Juifs. Les décolonisés sont entrés dans ce processus mais sur un mode pervers. Il faut tout citer tant c’est pertinent:

“À l’époque il s’agissait de mémoires “modestes” qui ne demandaient qu’à être inscrites au registre de la grande histoire nationale. Aujourd’hui nous avons affaire à des mémoires immodestes et réduites à des groupes qui entendent imposer leur version particulière à l’Histoire. Nous subissons désormais une tyrannie de la mémoire”. Au lieu d’être consacrée, l’Histoire est démembrée, dépecée.

J’aime pouvoir en confiance m’abriter sous l’aile de rares personnalités qui vous expriment mieux que vous-même. Pierre Nora en est une, emblématique.

Une étrange obstination

Price: 21,00 €

21 used & new available from 14,79 €


Previous article Oubliez les “événements littéraires” de la rentrée…
Next article Encore un mot sur le traquenard de la Grande Librairie
Magistrat honoraire, président de l'Institut de la parole, chroniqueur à CNews et à Sud Radio.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération