Les dizaines de milliers de demandeurs d’asile accueillis sur notre territoire n’alimentent pas seulement la bonne conscience sans-frontiériste des nombreuses associations qui les accueillent. Très prisé par le Medef et par les syndicats, le migrant est devenu la raison d’être – et la première source de financement – de nombreuses ONG. Enquête. 


Près de 78 000 demandes d’asile enregistrées en 2016, 100 412 exactement en 2017. Ces deux dernières années, les flux de migrants à destination de notre pays ont été intenses. Afghans, Guinéens ou Soudanais, certains finissent par camper dans les espaces publics, accréditant l’idée que les capacités d’accueil saturent et que les structures de prise en charge, montées à la va-vite, sont sur le point de craquer. À quelle autre conclusion de bon sens arriver, en voyant les tentes s’aligner sous les voies du métro aérien, au nord-est de Paris, mais aussi square Daviais, à Nantes, ou au parc Saint-John-Perse de Reims ?

Le bon sens est parfois trompeur. Contrairement aux apparences, le système d’accueil n’est pas sur le point de s’effondrer. Bien au contraire, il s’est adapté à la situation avec une rapidité et une vigueur étonnante. Centres d’accueil pour demandeurs d’asile (CADA, 40 420 places au 1er mars), hébergements d’urgence pour demandeurs d’asile (HUDA, 20 000 places), centres d’accueil et d’orientation (CAO, 8 000 places), centres provisoires d’hébergement (CPH, 4 000 places), sans compter les centres d’hébergement et de réinsertion sociale, les centres départementaux pour mineurs isolés, etc. Au total, le dispositif public compte 90 000 places, auxquelles s’ajoutent les foyers privés d’Emmaüs, de l’Armée du salut, etc. D’énormes difficultés se posent ponctuellement pour faire coïncider l’offre et la demande, mais il n’y a pas de pénurie de lits au sens strict. Et s’il y en avait, le parc social pourrait la pallier. Il comptait plus de 150 000 logements vides au 31 décembre 2017, dont 80 000 logements en vacance « structurelle », c’est-à-dire inoccupés depuis plus de trois mois. Dans le cadre du « plan migrants » adopté en Conseil

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2018 - Causeur #61

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite