Home Brèves Noctilien, suite et fin


Noctilien, suite et fin

L’autre soir, j’ai appris d’une amie altermondialiste que le monde sera peut-être bientôt sauvé du chaos par les « lanceurs d’alertes ». Elle m’a expliqué, entre la poire bio et le fromage équitable, que les « lanceurs d’alertes » sont des gens forts courageux, qui prennent sur eux de dénoncer aux instances judiciaires, à la presse, ou même directement au grand public, des faits qu’ils jugent menaçants pour l’homme ou la nature, et dont ils ont souvent connaissance dans le cadre de leur activité professionnelle. Il ne s’agit donc pas de délation mais d’un geste citoyen. Ouf !

Le lendemain, j’apprenais dans la presse qu’un modeste policier français qui avait rendu public sur Facebook des images de vidéosurveillance de la RATP montrant un jeune homme sans défense se faire longuement tabasser par des « jeunes des quartiers » dans un bus de nuit Noctilien avait été lourdement sanctionné. Remember, vision d’horreur : Orange mécanique, station Magenta. Impossible d’oublier ces images-là et les supplications répétées de ce blanc-bec, traité de « Français de merde » par ses bourreaux, puis réduit en miettes, puis dépouillé de son portefeuille, présumé bourgeois.

Le policier de 30 ans – responsable de la fuite illégale de ces images – a donc été condamné à deux mois de prison avec sursis pour « violation du secret professionnel ». Plus piquant, ce policier – manifestement animé d’un désir de faire connaître au plus grand nombre les données nouvelles du nouveau dialogue social français en contexte de nouveaux transports en commun banlieusard de nuit – va devoir verser 5000 euros à Monsieur « Français de merde » qui a lui-même porté plainte contre lui, après avoir estimé que la publication illégale de cette vidéo avait… « brusquement ravivé (son) traumatisme ».

Les lanceurs d’alertes seraient donc bien tous égaux, mais certains seraient… peut-être, finalement… plus légaux que d’autres ?


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article L’euro est mort, vive l’euro !
Next article Vivre sans feux rouges, c’est possible !
Il est l’auteur de L’eugénisme de Platon (L’Harmattan, 2002) et a participé à l’écriture du "Dictionnaire Molière" (à paraître - collection Bouquin) ainsi qu’à un ouvrage collectif consacré à Philippe Muray.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération