Je n’ai pas de sympathie particulière pour Jean-Marc Morandini. Pas d’antipathie non plus. Le fait que la profession semble assez largement le tenir pour un gros beauf joue plutôt en sa faveur. Il m’est arrivé de participer à son émission à Europe 1, comme animateur, je l’ai toujours trouvé très pro, et il ne m’a jamais demandé de me dénuder. Si ça se trouve, je ne suis pas son genre. Pour le reste, le journalisme qu’il pratique ne m’intéresse guère : les potins de la télé, les audiences, les supposés dessous des cartes médiatiques, tout cela manque un peu trop de consistance idéologique. Quant à sa web série Les Faucons, je n’ai pas l’impression d’être le cœur de cible.

Lorsque l’affaire a commencé, avec la parution d’une enquête à charge dans Les Inrocks sur les castings présumés torrides organisés par sa boîte de production pour une web série, j’ai prudemment décidé de ne pas avoir d’opinion. D’abord, je l’avoue, pour avoir la paix, parce que je travaille fort agréablement avec Marc-Olivier Fogiel, ennemi notoire de Morandini, et que j’ai envie que ça continue. Ensuite parce que ces histoires crapoteuses de vidéos cochonnes de garçons me mettent plutôt mal à l’aise. D’un côté, je n’éprouve aucun plaisir à voir chuter un « puissant » – en tout cas un homme d’influence –, fût-il coupable, et encore moins à regarder la meute de ceux qui le courtisaient hier se pourlécher à l’odeur du sang. De l’autre, les témoignages sont accablants, comme on l’a répété de toutes parts avec gourmandise. Alors je me suis dit qu’il n’y avait pas de fumée sans feu et que tout ça n’avait pas pu être complètement inventé. Après tout, si Morandini n’est pas un délinquant, il n’est pas non plus un premier prix de délicatesse. Et puis, il paie aussi le fait d’avoir fait de son seul nom une marque fort rentable. Un scandale, et son capital s’évanouit. C’est ce qui vient de lui arriver.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager
Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.