Nicolas Anelka et Raymond Domenech.

11 juin, France-Uruguay : 2-0
Match disputé, mais la France marque dans le dernier quart d’heure par Anelka, et par Gourcuff dans le temps additionnel.

Elysée : « Finalement, la retraite, ce sera 63 ans. Pour commencer. Tu peux aller l’annoncer, Eric »

17 juin, France-Mexique : 3-1
Anelka blessé, c’est un festival de Ribery qui réussit son premier « coup du chapeau » avec un but à la 5ème minute, un deuxième juste avant la mi-temps et un troisième à la 67ème. Il a d’autant plus de mérite que l’exclusion de Gallas au bout de vingt minutes de jeu. On lui pardonne son individualisme forcené pour son insolente réussite dans les duels.

Elysée : « Le gel du salaires des fonctionnaires, c’est le bon moment, non ? Quand on voit ces jeunes types qui se défoncent sur le terrain, on ne va pas filer du blé à des feignasses de profs qui critiquent toujours tout. Nos joueurs nous invitent à nous dépasser, à prendre tous les risques. Il faut encourager ça. »

22 juin, France-Afrique du Sud : 6-0
Un carton plein. Tout le monde, ou presque, a pu mettre son but. Ribery, Anelka, Gourcuff, Malouda (2 fois) et même Thierry Henry rentré pour les dix dernières minutes. Dommage qu’un but d’Evra ait été refusé pour hors-jeu, on aurait égalé le carton du Portugal contre la Corée.

Elysée : « On la fait passer maintenant, la TVA à 15% sur l’alimentation ? Bon, Brice et Eric, vous pouvez peut-être vous bougez les miches, là, pour les expulsions ? Personne ne verra rien, de toute façon… »

26 juin, huitième de finale, France-Corée du Sud : 3-2
Un match difficile. Les Coréens ont ouvert le score dès la première minute de jeu par Park. On en est encore de 2 à 1 à la mi-temps. Heureusement, Malouda et Henry remettent les pendules à l’heure à la 55ème et à la 59ème minute.

Elysée : « Mais si, mais si, on peut étouffer le scandale de la femme d’Eric Woerth qui gérait la fortune Bettencourt. Et dites à Christian que s’il veut se goudronner les poumons aux frais du contribuable, il n’y a pas de problèmes. Tant qu’il garde son souffle pour le Grand Paris, il peut bien en fumer dix par jour, de ces barreaux de chaise. On ne lui demande pas de courir sur le terrain, hein. Putain, on peut lui dire merci à Raymond ! Je ne vais pas être obligé de le nommer à la place de Roselyne, tout de même. Si ? Ah, dis-moi, François, pendant qu’on y est, tu ne veux pas l’annoncer discrètement la liste de déremboursement de cent-cinquante médicaments ? »

2 juillet, quart de finale, France-Serbie : 1-1
La France gagne par 6 tirs au but à 4. Match très rude. En plus, deux jours auparavant, il y a eu un problème avec Gourcuff. Ribery l’a dénoncé par ce qu’il lisait un livre en cachette au lieu de jouer à la Wi. Domenech l’a interdit d’entraînement : -Tu n’es plus un exemple pour la jeunesse, Yohann. Tu…Tu lis ! )

Elysée : « Tu te dépêches pour le projet de loi sur la semaine à 45 heures, Eric ? Et Luc Châtel, qu’est-ce qu’il attend pour annoncer la suppression automatique des allocs aux familles des absentéistes et des délinquants. Il me le ressort quand, là, son nouveau statut du prof automatiquement bivalent. Et puis tiens, qu’il passe en force avec sa journée à l’allemande. Foot pour tout le monde l’après-midi et liquidation de la philo et des sciences éco. Allez, allez, faut pulser, là… »

6 juillet, demi-Finale, France-Brésil : 1-0
Match assez violent avec cinq cartons jaunes et deux rouges. Un pour Kaka et un pour Loris, le gardien, dans les prolongations. On échappe à la catastrophe sur un but très litigieux de Thierry Henry dans les toutes dernières secondes. Un but de la main, comme d’habitude. )

Elysée : « Ah, que c’est bon, trois millions de Français dans la rue ! Oubliées les manifs du 24 ! Je les ai à ma pogne, les syndicats ! Eric, tu me prépares un projet de loi pour en finir avec les CDI. On va aller vers le contrat unique, là. Et remonte le bouclier fiscal, pendant qu’on y est…Tout passe, en ce moment… »

11 juillet, finale, France-Argentine : 2-0
La sélection de Maradona, épuisée, est sur les genoux et joue très mal. Doublé d’Anelka à la 13ème et à la 89ème minute. La France est championne du monde.

Elysée : « Je vous le dis les mecs, c’est le moment où jamais pour des élections présidentielles anticipées en septembre. Vous avez vu les sondages ? Non, mais vous avez vu les sondages ? Je vais passer les doigts dans le nez ! »

Lire la suite