Sylvia Kristel et Nicholas Klay dans "L'amant de Lady Chatterley" (SIPA 51416674_000007)

L’annonce des Prix d’automne a plongé une grande partie de la Critique dans une profonde déprime. Voire un sentiment de sidération. Certains confères, incapables d’amortir le choc psychologique, ont été internés dans des cliniques belges ou suisses. L’asile politique a même été demandé à plusieurs pays francophones en guise de réconfort. A Conakry et à Lambaréné, la colère gronde. Chaque nuit, depuis le 3 novembre, des maraudes autour du Drouant ramassent de vieux critiques en proie à des crises de démence. Le Ministère de la Culture envisage de créer une cellule de crise en collaboration avec le Centre National du Livre et Médecins sans frontières. L’entraide internationale s’organise.

Après le Téléthon, le service public imagine un Livréthon pour soutenir le roman de langue française. Cyril Hanouna s’est porté volontaire pour animer la soirée, répétant en boucle sa célèbre formule : « Lire, c’est refuser de mourir ! ». Comment surmonter de tels traumatismes ? Où trouver la force mentale de s’en sortir ? La médecine a fait d’immenses progrès mais là, les dégâts semblent irréparables, incommensurables. C’est toute une profession qui sort, exsangue, perdue, abandonnée, meurtrie par cette distribution annuelle toujours aussi incompréhensible.

Le sexe, pourquoi c’était mieux avant

Par miracle, La Musardine, un éditeur érotique qui fait du bien au corps et à la tête, publie Liberté, égalité, sexualité de Marc Lemonier. Un joli livre richement illustré qui revient sur les révolutions sexuelles en France entre 1954 et 1986. A mettre au pied du sapin pour faire monter la sève du réveillon. Un flash-back coquin, bien informé, amusant, un poil militant et joyeux où la fesse était moins triste et la fête plus folle avant l’arrivée du sida. Si nos compatriotes ont une panne de désir, ce panorama des « Trente butineuses » montre le chemin parcouru : des préliminaires timides aux excès libertaires, sans passer sous silence les rétractations récentes. L’adolescent des années 80 voyait régulièrement dans le poste ou dans les kiosques, des filles dénudées sans que son psychisme en soit déréglé. De nos jours, la perversion prend d’autres chemins de traverse. Coincée entre le retour d’un moralisme calotin et la débauche d’Internet, la raison des plus jeunes vacille. Alors, souvenons-nous des prémices de l’émancipation des mœurs qui a toujours été au centre des (d)ébats politiques.

La liberté du corps et l’égalité des sexes démarrent gentiment sous René Coty. BB (à lire l’excellent Brigitte Bardot, L’art de déplaire de Marie Céhère ) met le feu sous l’édredon. Dans cette opération de retournement des valeurs traditionnelles, cette créature tentatrice est aidée par Françoise Sagan dont le roman Bonjour Tristesse ouvre la voie de l’adultère. Marc Lemonier se promène ainsi dans l’histoire des transgressions, en pratiquant un habile mouvement de balancier. Il y eut des moments d’accélération, parfois même de débridage total, puis des périodes où l’Etat mettait le holà aux pratiques olé olé. En 1955, Histoire d’O de Dominique Aury sous le pseudo de Pauline Réage affole l’édition en décrochant le Prix des Deux Magots et en affichant 850 000 ex. au compteur. On doit ce coup de maître à Jean-Jacques Pauvert, éditeur toujours en délicatesse avec la justice qui publiera, un an plus tard, les œuvres complètes du Marquis de Sade. Cette très agréable et instructive balade dans le boudoir (photos à l’appui) évoque pêle-mêle Les Dragueurs, le film de Mocky, Rita Renoir, la reine du strip-tease des années 50 et 60 qui officiait au Crazy Horse Saloon, le Concert Mayol et sa sulfureuse réputation ou la naissance du magazine LUI en 1963. Valérie Lagrange faisait alors la Une. Une équipe de choc (Truffaut, Bory, Rosinski aux essais automobiles ou l’illustrateur Aslan) sous la houlette de Lanzmann dévergondait l’homme moderne. « Les filles, des mannequins ou des starlettes, restent pourtant très nature, elles portent des traces de bronzage, les frondaisons pubiennes sont abondantes et sombres, aucune fille ne songeant encore à s’épiler » se remémore Marc Lemonier, avec une pointe de regret. L’hygiénisme nuirait-il à l’érotisme ? Vaste débat.

Dans ce livre, on ne s’ennuie pas ce qui le distingue des derniers romans primés. On flirte avec Barbarella de Forest, on file sur les plages nudistes de l’Île du Levant, on observe l’apparition des seins nus à Saint-Tropez, on décrypte le mouvement homosexuel, du FHAR (Front Homosexuel d’Action Révolutionnaire) à Gai Pied, on passe de la méthode Ogino à la pilule contraceptive, d’Emma Peel à Brigitte Lahaie, de Sylvia Kristel au X ou du Dernier Tango à Paris au porno en crypté. En clair, ça donne la banane !

Liberté, égalité, sexualité – Révolutions sexuelles en France 1954-1986 de Marc Lemonier – Editions La Musardine –

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Thomas Morales
Journaliste et écrivain.Spécialiste reconnu du cinéma et de l’automobile, il collabore à des revues parmi lesquelles Valeurs Actuelles, Service Littéraire, Schnock, Technikart, etc... Il écrit dans la presse automobile depuis près de 20 ans et nourrit depuis son enfance une passion pour les voitures anciennes, les Hussards ...
Lire la suite