Tenez-vous bien. Vous êtes dans un salon. Les invités ont le droit d’être ironiques, polémiques, mordants, de mauvaise foi et même parfois, à l’extrême rigueur, un peu barbants. On ne leur en voudra pas de placer à l’occasion un pétard sous les sièges. En revanche, il est vivement déconseillé d’être vulgaire, convenu, pontifiant et, par-dessus tout, dépourvu d’humour.

Entrez, puisque vous êtes – je ne sais trop comment – arrivés jusqu’ici. N’ayez pas peur : Causeur n’est ni citoyen, ni participatif, ni démocratique. Nous ne nous ébaubirons pas devant vos commentaires – à moins qu’ils soient vraiment pertinents. Et ne seront publiés comme auteurs que ceux que nous jugerons à la hauteur (pour les commentaires, nous ferons une entorse à nos principes aristocratiques en les acceptant tous). Car autant l’avouer : nous ne croyons pas à l’égalité de tous devant les idées.

Vous l’aurez compris, nous ne prétendons pas ajouter un déversoir à humeurs de plus à la planète Internet. Reste à expliquer ce que nous entendons faire ici. Exactement ce que l’on faisait dans les salons : converser. Refaire le monde (qui, entre nous, en a bien besoin). Nous moquer des puissants et des mondains, des producteurs de lieux communs et marchands de bouillie imprimée. Et de nous-mêmes. Et les uns des autres. Entre gens de bonne compagnie, on est toujours prêts à s’engueuler.

Drôle d’idée, pensez-vous en réprimant difficilement votre envie de bailler. Peut-être. Peut-être en effet n’y a-t-il plus grand monde pour se délecter d’une belle phrase, d’une réflexion inattendue. Peut-être que si. Peut-être que, contrairement à ce que l’on croit dans les médias, il y a encore un public prêt à causer.

Entrez donc ! Vous ne ferez que des mauvaises rencontres.

Qui sommes nous ?
Nous ne prétendons pas répondre ici à une question aussi vertigineuse. Après tout, il est légitime de vouloir savoir à quel genre de table on dîne. On ne cause pas seul et ce salon est d’abord né de la rencontre entre les désirs de quatre personnes.
La maîtresse de maison : Elisabeth Lévy. Beaucoup la trouvent exaspérante. Comme disait l’autre, elle n’est pas méchante mais, putain, qu’est-ce qu’elle est chiante. Journaliste, grande gueule, structurellement en retard et à découvert. L’architecte : Jean-François Baum. Parle peu, comprend tout, observe beaucoup. Nous n’en rêvions même pas qu’il l’avait déjà fait. Les maîtres de cérémonie : Gil Mihaely. Faut-il l’attribuer à ses huit années dans l’armée israélienne ? Cet historien dix-neuviémiste est le porte-parole d’un réel qu’il s’acharne à rendre intelligible – et intelligent. François Miclo. Il a lu tous les livres et n’est jamais triste. Heureusement que notre salon est virtuel, sinon ce gourmet de tout ce qui est bon ferait la cuisine. Et à Strasbourg, où il vit, on ne se nourrit pas de légumes bouillis.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Elisabeth Lévy
est fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur.
Lire la suite