Deux films d’épouvante à voir en attendant le vaccin. Quand les nanars disent la vérité…


Si la pandémie de Covid-19 était un film, ce serait un navet confus, plus grotesque qu’effrayant. Ridicule sans être drôle: le contraire d’un excellent nanar. L’automne arrive; le virus est encore là. C’est l’occasion de (re)découvrir deux classiques d’épouvante comique: La Fiancée de Re-Animator (Brian Yuzna, 1990) et Braindead (Peter Jackson, 1992). Scientifiques aux compétences douteuses, créatures exotiques contagieuses, zombification de masse: toute ressemblance avec la réalité est à peine exagérée.

Réanimer n’est pas toujours une bonne idée

Réanimer ou ne pas réanimer? Telle est la question centrale de La Fiancée de Re-Animator, deuxième volet des aventures alambiquées des Docteurs Herbert West (Jeffrey Combs) et Dan Cain (Bruce Abbott). Le Dr West teste son « sérum de réanimation » sur des morceaux de cadavres, générant des créatures dignes du Guernica de Picasso, en vue d’un ambitieux projet: reconstituer et ressusciter feu Meg, la fiancée de Dan, pour en faire la femme parfaite. Mais Dan ne semble que peu enthousiasmé, ayant rencontré Francesca, une jolie journaliste aussi bébête que lui. Le retour d’un méchant (une tête coupée) et de son armée de zombies va compliquer les choses.

La Fiancée de Re-Animator présente de nombreuses qualités. Les zombies, d’une laideur parfaite, sont particulièrement réussis. Surtout, non content de confirmer que les ambitions du Dr Frankenstein comme du Pygmalion sont vouées à l’échec, ce film a le mérite de montrer que la réanimation n’est pas toujours une bonne idée.

U

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Traductrice française travaillant à Vienne
Lire la suite