Angela Merkel ne veut plus payer.

La crise grecque et l’agitation des institutions européennes à ce propos a fourni l’occasion aux porte-paroles habituels de l’eurobéatitude dans les médias français de se livrer de nouveau à leurs amusants sauts de cabris jadis moqués par le général de Gaulle.

Prenant aux pied de la lettre les idées émises de-ci de-là pour éviter que la déconfiture hellène ne vienne porter un coup fatal à l’avenir de l’euro : gouvernement économique européen, un FMI pour notre continent etc., ces commentateurs jubilaient.  « C’est dans les crises que l’Europe avance ! » « Voyez, même Merkel parle d’un gouvernement économique de la zone euro, et son ministre de l’économie d’un équivalent européen du FMI ! » Bref, à quelque chose malheur grec est bon, et c’est dans la tempête que se révèlent les grands capitaines et s’élaborent les solutions les plus audacieuses pour se sortir du pétrin. L’Europe ! L’Europe ! L’Europe !

La langue allemande étant, hélas, assez peu répandue dans la population hexagonale, y compris parmi ceux qui nous font chaque matin quelques doctes exposés sur l’évolution de la situation politique et économique de notre continent, on a omis de noter que les mots n’avaient pas le même sens de part et d’autre du Rhin. Comme le notait l’excellent François Lenglet, rédacteur en chef de La Tribune, quand on dit, à Paris, « gouvernement économique européen » on entend à Berlin « l’Allemagne paiera ! » Il suffisait, ces dernières semaines, de faire une tournée des éditorialistes d’outre-rhin sur le web pour constater que l’Allemagne aurait plutôt ces temps-ci des oursins dans le crapaud[1. C’est ainsi qu’Alphonse Boudard ou Auguste Le Breton illustraient l’attitude d’un avaricieux, le crapaud désignant le porte-monnaie en argot de Pantruche.] et que l’idée même de financer les folies budgétaires d’Athènes lui donne des démangeaisons insupportables.

Une fille de pasteur luthérien comme Angela Merkel trouve profondément immoral que des tricheurs invétérés comme les Grecs soient absous de leurs péchés sans passer par une ascèse aussi douloureuse que salutaire. Il n’aurait tenu qu’à elle, les descendants de Platon, Aristote et Euripide auraient été flanqués sans ménagements à la porte d’un club où ils n’auraient jamais dû entrer.

Au « tous pour un, un pour tous ! » prôné flamberge au vent par nos preux commentateurs s’est substitué un chacun pour soi et Dieu pour tous. Mme Merkel s’en fait la championne au nom de la vertu économique pratiquée par son pays depuis les réformes radicales de son prédécesseur Gerhard Schröder : modération salariale, recul à 67 ans de l’âge de la retraite, maintien de la pression fiscale pour réduire les déficits…

Il n’est pas question de donner un coup de pouce à la consommation des ménages d’outre-Rhin, ce qui arrangerait bien les voisins, comme la France, qui attendent comme sœur Anne la reprise et ne voient rien venir. Les Allemands se satisfont fort bien de profiter des taux de croissance maintenus des pays émergents pour faire tourner leurs PME exportatrices de bien d’équipement. Cette attitude a fait sortir Christine Lagarde de ses gonds, qui s’est lâchée dans le Financial Times contre le gouvernement de Berlin, accusé d’égoïsme économique.

Quant aux Grecs, on a trouvé la formule la plus tordue pour leur faire comprendre que l’Union européenne ne fera rien pour elle en tant que telle mais que Bruxelles est de tout cœur avec eux (le cœur est à gauche, et le portefeuille à droite, c’est bien connu). Les aides financières à Athènes seront données dans le cadre d’accords bilatéraux avec les pays de l’UE, mais cette décision sera prise collectivement à l’occasion du prochain Conseil européen ! Traduction en bon français : l’Allemagne ne paiera pas, ou alors si elle veut et quand elle veut, et c’est pas demain la veille. Et en prime, Mme Merkel se met à distribuer leçons, conseils, bons et mauvais points autour d’elle, en vantant les qualités d’un modèle économique et social allemand que chacun est invité à imiter.

Depuis quelques jours, les commentateurs matinaux ont tendance à éviter les sujets européens pour ramener leur science sur des contrées plus lointaines comme la Russie ou le Proche-orient. On se demande bien pourquoi…

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Luc Rosenzweig
est journaliste.Il a travaillé pendant de nombreuses années à Libération, Le Monde & Arte.Il collabore actuellement à la revue Politique Internationale, tient une chronique hebdomadaire à RCJ et produit des émissions pour France Culture.Il est l'auteur de plusieurs essais parmi lesquels "Parfaits espions" (édition du Rocher), ...