Home Brèves Jean-Vincent déplacé


Jean-Vincent déplacé

Il n’ y a pas que le feuilleton DSK dans la vie. La série PS-Europe Ecologie-Les Verts est tout aussi épique et nettement plus sanglante. Et on se disait bien que la dernière mise au point de François Hollande chez Bourdin (en gros, une fois élu, il promet de faire comme si cet accord n’avait jamais été signé, même pas en rêve) n’allait pas rester sans réponse.

Cette réponse, c’est de Jean-Vincent Placé, un des négociateurs de l’accord avec le PS, qu’elle est venue. Connu de tous pour son équanimité, son affabilité et son sens suraigu de la nuance, le tout nouveau sénateur vert n’a pas mâché ses mots sur BFM-TV : « Depuis un mois, je pense que François Hollande reprend à peu près tous les travers de ce qu’est la Ve République, c’est-à-dire qu’il pense que seule sa parole compte, et ce qui compte c’est que l’on évalue à chaque seconde et au 
mot près ce qu’il raconte pour l’avenir du pays ».

Vous en voulez encore ? Il n’y a qu’à demander, Placé ne se fait jamais prier : « Je pense qu’il a intérêt à rectifier le tir pour écouter davantage d’une part son propre parti et d’autre part ses alliés et d’une façon plus générale les Françaises et les Français. Ce n’est pas parce que l’on a la confiance des Françaises et des Français un jour tous les 5 ans que l’on a raison sur tout ».

Vous avez bien lu: non seulement Placé conseille à Hollande d’écouter d’avantage les Verts, ce qui est somme toute normal –ne serait le ton menaçant. Mais en plus il ordonne au candidat socialiste d’être plus obéissant avec Martine, ce qui est carrément grotesque.

On rappellera que l’aimable Jean-Vincent Placé n’a pu siéger au Palais du Luxembourg que grâce à l’effacement d’un socialiste suite à l’accord PS-Verts pour les sénatoriales. Camarades socialistes, si en plus du cafouillage nucléaire et du délire sur l’ONU, vous en voulez trente pareils à l’Assemblée, alors il n’y a rien d’urgent à confier cet accord calamiteux à la broyeuse…


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Happening partout, action nulle part
Next article Le Pen ou l’athéisme du pouvoir
De l’Autonomie ouvrière à Jalons, en passant par l’Idiot International, la Lettre Ecarlate et la Fondation du 2-Mars, Marc Cohen a traîné dans quelques-unes des conjurations les plus aimables de ces dernières années. On le voit souvent au Flore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération