Tous les intervenants ne sont pas les bienvenus dans le milieu universitaire. La vague d’indignation a encore frappé.


La grève des trains n’a pas fait que des malheureux. Le 10 décembre dernier, faute de TGV Paris-Dijon, le professeur de linguistique Jean Szlamowicz n’a pu se rendre à l’université de Bourgogne… à la grande satisfaction du doyen de l’UFR lettres et philosophie, Henri Garric. Ce dernier avait en effet découvert avec effroi qu’un de ses professeurs invitait Szlamowicz, adversaire affiché de l’écriture inclusive, à intervenir dans son séminaire.

A lire aussi: Lyon 2: Eliott Savy dénonce l’indigénisme à ses risques et périls

Par politesse, Szlamowicz s’est décommandé la veille par courriel, tout en faisant état des bruits qui lui étaient parvenus : grève ou pas, il ne serait pas le bienvenu dans l’établissement. Mail pour mail, dent pour dent, la réponse carabinée du doyen Garric vaut son pesant de bile : « J’ai été saisi par de nombreuses collègues qui étaient scandalisées que vous soyez invité – en particulier par des collègues qui ont travaillé scientifiquement sur cette question sur laquelle vous exprimez votre o

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2020 - Causeur #76

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite