Illustre général allemand, Erwin von Struedel ouvrit en 1871 un atelier de construction mécanique à Paris, au lieu-dit Les Bernardins. Pendant que Bismarck faisait son hareng à Versailles, von Struedel mettait au point le premier panzer de l’histoire moderne. Doté de huit soupapes et confectionné en bois, le modèle ne connut cependant pas le succès escompté : il provoquait une légère fumée blanche au démarrage, signalant immédiatement l’engin à l’ennemi. Dépité, le général von Struedel se retira à Rome, afin d’y buller.

Wolfgang Schotz, Portrait du général von Struedel. Sainte huile sur suaire, conservé à la pinacothèque de Munich (ex-RFA).

Lire la suite