Accueil Politique La lutte des classes n’aura pas lieu

La lutte des classes n’aura pas lieu

La lutte des classes n’aura pas lieu

ayrault hollande manif

Jérôme Cahuzac, ministre du budget, a beau s’être déclaré explicitement social-libéral et, après Fleur Pellerin, avoir affirmé froidement dans son débat avec Mélenchon qu’il ne croyait pas à la lutte des classes, rien n’y fait : tout le monde croit que le gouvernement au pouvoir est de gauche !

François Hollande et Jean-Marc Ayrault peuvent remercier les quelques centaines de milliers de manifestants du 13 janvier. Tenir fermement leurs engagements en faveur du mariage pour tous suffira à les faire passer pour les derniers remparts contre une France réactionnaire qui n’a pas toujours fait dans la dentelle avec le dérapage godwinesque sur Hollande en Hitler eugéniste. J’imagine le léger agacement, ce matin, dans les rangs d’une bonne fraction de l’UMP, à voir le parti par la grâce de Copé, identifié clairement aux valeurs d’une France villiériste qui n’a pas digéré 1789, 1793, 1848 (première période), 1871, 1936, 1968 et 1981. Qui ne digère pas aujourd’hui le mariage gay et l’adoption sous prétexte de mutation anthropologique et de rupture copernicienne dans la filiation. Mais qui utilisait peu ou prou les mêmes arguments avec les mêmes médecins et les mêmes prêtres, (corporations où l’on trouve aussi bien Jérôme Lejeune que Rony Brauman et Dom Helder Camara que Monseigneur Lefèbvre) sur la pilule, l’éducation sexuelle à l’école, l’avortement, le Pacs, voire le divorce.

Bref, tout ce qui a contribué à dissocier l’acte sexuel de la procréation, à pouvoir multiplier les partenaires avant de se  décider, comme le recommandait déjà Léon Blum… en 1907 dans Du mariage, à jouir de nos corps, de nos peaux, de nos sexes sans être obligés de passer par la case naissance neuf mois plus tard.

Pour ce 13 janvier, les jolies tenues roses de Frigide Barjot ne changent rien à ce constat et la séparation des cortèges non plus. D’ailleurs, je présume que les organisateurs n’ont pas décompté les manifestants de Civitas du total final livré à la presse. Civitas qui mérite tout de même le qualificatif d’association homophobe, aussi galvaudé soit le mot.

Et pendant que des familles nombreuses et des jeunes gens propres sur eux sauvaient la France qui allait sombrer dans le néant métaphysique, que s’est-il passé ?

Oh, presque rien… Je passe assez vite sur le fait que la France soit entrée toute seule comme une grande dans la guerre contre l’islamisme au Mali. J’ai trouvé dommage que cela passe au second plan dans les reportages des chaînes infos. C’est tout de même la première fois, depuis que j’étais petit garçon, c’est-à-dire au moment de Kolwezi, sous Giscard, que l’on retrouve un certain panache et que l’on n’attend pas les autorisations des uns et des autres pour aller stopper les talibans du désert sur la route de Bamako. Il va y avoir des révisions déchirantes à faire sur le statut de François Hollande. Voilà le mou, l’indécis, le normal qui en moins de 36 heures répond à un appel au secours. On serait mauvaise langue, on ferait remarquer qu’à la différence de son prédécesseur, il ne cherche pas à renverser un chef d’Etat pour laisser arriver des islamistes, ce avec l’aide des Anglais, mais qu’il fait exactement le contraire.

Que s’est-il passé d’autre ? Oh, presque rien. Les affreux bolchéviques qui nous gouvernent ont réussi à mettre d’accord syndicats et patronat sur la « flexisécurité ». La flexisécurité c’est l’autre nom du démantèlement du code du travail.  En matière d’invention danoise, on préférait la Carlsberg. L’accord a été signé vendredi. Quand par hasard les médias en ont parlé, ils s’en sont tous félicités. Tout le monde l’a signé, le joli accord, sauf deux minuscules organisations syndicales qui ne représentent qu’elles-mêmes, c’est bien connu : la CGT et FO.

Mais tout ça, ce n’est pas grave, n’est-ce pas, tant que le gouvernement tient bon contre les chouans ennemis du mariage pour tous…

L’ouvrier d’Hénin-Beaumont est rassuré. Il pourra se marier avec son meilleur pote. Un pote bien flexible.

*Photo : Bortizki Dua.



Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !

Article précédent Moi président, j’écouterai le peuple français
Article suivant Mariage gay : le FN à front renversé

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération