Marine Le Pen en Allemagne, janvier 2017. SIPA. AP22010708_000001

Je suis obéissante. Face aux représentants du FN qui critiquaient la démarche consistant à envoyer un infiltré dans la section niçoise du FNJ (Front national de la Jeunesse), les journalistes nous encourageaient à nous faire notre propre opinion en regardant le reportage en question. C’est ce que j’ai fait. Quatre fois de suite et en prenant des notes.

C’est dingue : ces jeunes journalistes bizuts qui se tapent les reportages en infiltration ont tous la même voix. Si vous en avez le courage, repassez-vous « J’ai infiltré une section du Front national », vous verrez. Il y avait aussi « A l’extrême-droite du Père », absolument jubilatoire (les deux sont dans mon bouquin). Et c’est encore la même voix, alors que ce n’est pas le même bonhomme. Non seulement, il y a une langue des médias mais c’est à se demander s’il n’y a pas une voix des médias. Je ne ferai pas de commentaire sur le ton : je vous laisse apprécier en regardant le dernier petit bijou de C8, « Le FN à la conquête des jeunes, enquête d’un infiltré ».


Le FN à la conquête des jeunes, enquête d’un… par C8TV

Ce reportage est présenté comme une « enquête », donc on devrait apprendre des choses. On n’apprendra rien. On pourra juste jouir du frisson de l’interdit que suscite toujours le principe de la caméra cachée. Mais…

Lisez la suite de l’article sur le blog d’Ingrid Riocreux.

Lire la suite