Home Brèves François d’Orcival face à David Abiker : le choc !


François d’Orcival face à David Abiker : le choc !

À l’unisson avec la plupart des confrères qui en parlent, je n’ai bien sûr pas lu Le Choc des civilisations de Samuel Huntington et n’en connais donc que le titre – et vaguement le pitch (pardonnez-moi, chers François Taillandier et Philippe Barthelet). Je pourrais d’ailleurs en dire autant de La Fin de l’Histoire de Francis Fukuyama, du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir ou encore de La Tentation de Venise d’Alain Juppé , éminents best-sellers dont je n’ai vaguement retenu que la première et la quatrième de couv’, tout ce qui se trouve entre les deux me paraissant peu indispensable (donc dispensable, comme dit joliment l’ami Basile).
Mais bon, revenons à nos civilisations et à leur entrechoquement : la preuve que plusieurs types de civilisations existent (et donc, pour parler clair, pas seulement plusieurs degrés) et qu’elles peuvent coexister pacifiquement, vous la trouverez sur l’excellent blog de l’excellent David Abiker, qui vient de publier une interview délicieuse du délicieux François d’Orcival. Les amateurs de litotes se régaleront dès son titre, puisque l’éditorialiste de Valeurs Actuelles y proclame, plus pince-sans-rire que jamais : « Nous n’avons pas le même public que Technikart. »
Plus largement, lisez et méditez cette interview, vous y trouverez aussi la preuve tangible que le choc des civilisations, ou, si vous préférez des cultures, peut donner un  résultat autrement plus plaisant que la bouillie convenue qu’on nous sert sous l’appellation usurpée de multiculturalisme. Merci, messieurs !


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Mélenchon n’est pas antisémite, mais Moscovici n’est pas un salopard
Next article Défense du portrait de l’homme en cochon
De l’Autonomie ouvrière à Jalons, en passant par l’Idiot International, la Lettre Ecarlate et la Fondation du 2-Mars, Marc Cohen a traîné dans quelques-unes des conjurations les plus aimables de ces dernières années. On le voit souvent au Flore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération