1. N’AIE SURTOUT PAS HONTE DE DIRE DES ABSURDITÉS!

J’ai demandé à mon ami André Comte-Sponville pourquoi il s’était progressivement éloigné de Spinoza.

Il m’a répondu : « D’une part, parce que je pouvais de moins en moins assumer son dogmatisme (l’idée de démonstration philosophique est pour moi une contradiction dans les termes : cela relativise la portée de l’Éthique), d’autre part parce qu’il me semblait sous-estimer la dimension de tragique – de finitude, d’échec, de souffrance – de la condition humaine. » Disons que Montaigne l’a emporté sur Spinoza d’un point de vue théorique, comme Pascal d’un point de vue pratique ou existentiel.

André Comte-Sponville rejoint sur ce point Cioran qui affirmait que la chose la plus difficile est de faire une expérience philosophique profonde et de la formuler sans avoir recours au jargon d’école, lequel représente une solution de facilité, un escamotage et presque une imposture.

Encore plus radical, Ludwig Wittgenstein était hanté par l’idée qu’il ne servait à rien, mais alors strictement à rien, d’être le plus subtil des penseurs si l’on n’était même pas un homme.

*Image: wikicommons.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Roland Jaccard
Psychologue, écrivain, journaliste, critique littéraire, essayiste et éditeur suisseEssayiste, il se fait connaître en 1975 par L'exil intérieur, essai qui a marqué des générations de lecteurs. Romancier, il écrit Sugar Babies, Flirt en hiver, Une fille pour l'été. On lui doit également une trilogie autobiographique L'âme est un vaste pays, Des femmes disparaissent, ...
Lire la suite