Imaginez. Vous vous levez un matin, quand vous constatez soudain qu’il vous manque une chaussure. Vous les aviez pourtant posées, là, toutes les deux côte-à-côte, avant de dormir du sommeil du juste. Et vous n’avez pas fait de folies de votre corps cette nuit. Qu’a-t-il bien pu se passer ? Mystère et boule de gomme. Avouez qu’il y a de quoi devenir dingue ! A moins que…

L’activiste Asghar Bukhari, cofondateur du Conseil musulman des affaires publiques au Royaume-Uni, a connu une telle mésaventure vendredi matin, au saut du lit. Mais face à ce phénomène pas net, voire franchement louche, il a su raison garder. Dans un statut Facebook intitulé « Les Sionistes essaient-ils de m’intimider ? », il a simplement expliqué que quelqu’un était entré chez lui pendant son sommeil, bizarrement sans effraction, pour subtiliser une seule de ses deux chaussures…

Asghar Bukhari chaussure volée Mossad

« Ils en ont laissé une pour me faire savoir que quelqu’un était passé par là », a-t-il précisé, pas dupe. Mais à quelque chose malheur est bon : grâce à son histoire, Asghar Bukhari a jugé que « d’autres peuvent apprendre comment ils opèrent ». Il a donc invité tous ses amis Facebook à la diffuser le plus largement possible. Et très vite, une avalanche de messages a déferlé sur Twitter, accompagnés des hashtags #ShoeishConspiracy et #MossadStoleMyShoe. Pour la plupart hilares, les réactions rivalisent de créativité. Mais la palme revient sans doute au tweet de l’ambassadeur d’Israël en Afrique du Sud, qui n’a pas pu s’empêcher de répondre : « Nous avons votre chaussure. Appellez-moi. »

chaussure volée Mossad

Face à ces réactions sarcastiques, le militant de la cause musulmane persécuté par le Mossad a sorti l’artillerie lourde. C’est par une vidéo postée sur Youtube, cette fois, qu’il a tenté de faire comprendre sa logique aux foules incrédules : « Toute personne rationnelle se dirait que c’est bizarre, pourquoi quelqu’un entrerait dans ma maison sans me voler véritablement ? Un voleur ne rentre pas pour voler une chaussure et une paire de pantoufles. C’est trop étrange. C’est pourquoi je pense que ce sont les sionistes », a-t-il patiemment développé. Un livre lui a en effet appris l’existence de cette technique d’Israël pour « intimider les activités pro-musulmans. Les Sionistes font irruption dans des maisons et désorganisent quelque chose, déplacent un objet… »

Asghar Bukhari, notamment connu outre-Manche pour avoir financé un auteur négationniste local, a donc mis la pression à la police de son pays pour que l’on retrouve le « ravisseur ». Sans quoi, a-t-il prévenu, il dénoncerait l’islamophobie du gouvernement britannique. Cette fois c’est sûr, on a affaire à une pointure…

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite