Charles Enderlin n’est pas infallible : telle est la conclusion hautement subversive que l’on peut tirer du jugement rendu hier par la XIe chambre de la Cour d’Appel du Tribunal de Paris. Le Tribunal a en effet jugé en appel que l’article de Philippe Karsenty accusant France 2 d’avoir couvert une manipulation dans l’affaire Al Doura n’était pas diffamatoire. La chaîne publique avait, le 30 septembre 2000, diffusé un reportage présentant la mort de ce petit garçon dans les bras de son père, dans des affrontements entre Palestiniens et soldats israéliens au carrefour de Netzarim à Gaza. Ces images qui ont fait le tour du monde, alimentent la polémique depuis huit ans. Certes, le Tribunal ne s’est pas prononcé sur l’affaire elle-même – ce n’était d’ailleurs pas son rôle. Mais pour la justice, le fait de déclarer que le reportage était une manipulation n’est pas diffamatoire. Chacun peut en tirer les conséquences pour lui-même. Reste maintenant à savoir si le Parti des médias va continuer à faire bloc et jouer l’omerta ou, pour une fois, accepter qu’un débat ait lieu au sein de la profession. On peut toujours rêver.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Elisabeth Lévy
Fondatrice et directrice de la rédaction de Causeur. Journaliste, elle fait partie des chroniqueurs de Marc-Olivier Fogiel dans "On refait le monde" (RTL). Auparavant, Elisabeth Lévy a notamment collaboré à Marianne, au Figaro Magazine, à France Culture et aux émissions de télévision de Franz-Olivier Giesbert (France 2). Elle est l’auteur de plusieurs essais, dont le dernier "La gauche contre le réel (Fayard), sorti en 2012.
Lire la suite