Photo : zeroplate.

« Le blasphème dépend de la croyance et il disparaît avec elle. Si quelqu’un en doute, qu’il y songe sérieusement et qu’il essaie de concevoir des idées blasphématoires contre Thor. Je crois que sa famille le retrouvera à la fin de la journée dans un état proche de l’épuisement. » Il y a un certain temps déjà que cette phrase d’Hérétiques, de Chesterton, m’était apparue comme une sorte de défi personnel.

Mais l’urgence qu’il y a à blasphémer contre Thor est devenue plus évidente encore depuis que certains adorateurs du dieu du tonnerre d’indignation se sont lancés dans une hasardeuse campagne publicitaire pour la pièce indigente du nommé Castellucci. Comme si celle-ci ne constituait pas déjà pour elle-même une punition suffisante et sur-mesure ! Hélas, le renouveau du culte de Thor ne s’arrête pas là. Ainsi, une autre poignée de sectateurs de Thor incomparablement plus néfaste n’est-elle parvenue à se convaincre de l’ardeur de sa foi qu’en incendiant criminellement les locaux de Charlie Hebdo.

 

Acheter ce numéro  /  Souscrire à l’offre Découverte (ce n° + les 2 suivants)  /  S’abonner à Causeur

 

Lire la suite