Home Brèves « Peuple de droite » : l’UMP se mord la queue


« Peuple de droite » : l’UMP se mord la queue

Jusqu’à ces derniers jours, je pensais que l’expression « peuple de gauche », attachée à « la France qu’on aime » de Martine Aubry, n’avait pas son pareil pour m’agacer. C’était sans compter sur l’UMP, cette machine à broyer les conservatismes au nom de l’adaptation à la modernité. De la place de la Concorde à la Mutualité, voilà que fleurissent non pas mille colombes avec Mireille Mathieu mais bien les exhortations à réveiller le « peuple de droite ». Ce dernier serait endormi depuis les manifs pour l’école libre de 1984 comme l’Empereur Frédéric II enfoui dans sa caverne.

« Peuple de droite » : le mot et l’idée sont lâchés ! Le concept fait florès chez les tenants de la « France forte » une et indivisible, qui traquent le communautarisme partout et se rêvent en avant-garde futuriste de la nation. Seulement, en découpant en tranches l’unanimisme cocardier qui lui tient lieu de socle électoral, l’UMP se mord la queue : défend-elle une classe, un camp ou la nation entière ? Je veux bien que le mythe ait une fonction d’idée galvanisante depuis Georges Sorel, mais la mythologie sied décidément mal à un courant politique en quête de « réalisme », de « pragmatisme » et d’unité nationale-libérale.

Réveillez-vous braves gens : un communautarisme monte, monte, monte. Il ne sort ni des minarets ni des synagogues ni d’églises occupés par je-ne-sais-quelle fraternité intégriste. Cette vague de fond est tantôt matérialiste, tantôt laïque, tantôt catholique quand ça l’arrange. Ses promoteurs l’appellent « peuple de droite » ou « majorité silencieuse » suivant leur humeur du moment.

Le 6 mai, nous saurons enfin si son champion Nicolas Sarkomonti aura triomphé du rouge François Hollandreou pour appliquer les sages recommandations budgétaires de Bruxelles. Quel suspense insoutenable !


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Mélenchon, pas si mal…
Next article Pourquoi je vote Sarkozy
est journaliste.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération