Il ne s’agit pas de simples anecdotes ni de regrettables incidents de parcours. PSA contraint de renoncer au marché iranien ; BNP Paribas condamné à payer une amende de 9,8 milliards de dollars au Trésor américain ; Alstom Énergie vendu à General Electric ; diverses sociétés françaises mises en cause pour des pratiques commerciales jugées banales, tout à coup dénoncées et poursuivies par des procureurs américains – et la liste est infiniment plus longue si on y ajoute les PME déstabilisées par des procès à répétition, des vols de brevets ou des attaques en réputation bien échafaudées. Les malheureuses avaient jugé bon de s’aventurer en Afrique, en Asie, aux Amériques, et de payer en dollars !

De quoi s’agit-il ? Banque française, BNP Paribas a réalisé des opérations avec des pays comme l’Iran ou le Soudan qui n’étaient pas à ce moment-là sous embargo européen, alors qu’ils étaient sous embargo américain. Cependant, ces opérations libellées en dollars tombaient sous le coup d’une juridiction américaine – et BNP Paribas affichait une santé insolente après avoir échappé aux effets de la crise de 2007 grâce à une gestion extrêmement prudente. Constructeur français, PSA vendait avec succès des automobiles sur le marché iranien, mais voilà, Chrysler faisait partie de ses actionnaires. L’Iran étant soumis à un embargo américain, Chrysler a exigé que PSA s’y conforme… tout en vendant non pas des voitures, mais des pièces détachées à l’Iran[1. Conflits, « Entretien avec Alain Juillet », novembre 2014.].

Les accusations de corruption ont conduit des procureurs américains à poursuivre les dirigeants d’Alstom, à placer l’un d’eux en quartier de haute sécurité pendant quatorze mois, et certainement contribué à la vente de la branche énergie d’Alstom à General Electric, ce qui place de fait l’entretien des turbines nucléaires françaises dans les mains d’une entreprise étrangère (Alstom paiera néanmoins, en 2015, 773 millions de dollars d’amende au Trésor américain[2. À ce sujet, lire notamment Jean-Michel Quatrepoint, « La vente d’Alstom à General Electric est un scandale d’Etat », Le Figaro, 3 mars 2015.]). Faut-il aller jusqu’à dire qu’un gouvernement socialiste a sacrifié l’indépendance nucléaire de la France ?

guignols couverture causeur

Également en version numérique avec notre application :

*Photo : Sipa. Numéro de reportage : AP21653817_000001.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
est auteur de La Grande Séparation. Pour une écologie est auteur de La Grande Séparation. Pour une écologie des civilisations, Gallimard, 2013.
Lire la suite