Je bats ma coulpe puisque par ce billet j’ajoute une pierre superfétatoire à cette comédie!


L’ancien Premier ministre Edouard Philippe a mis en garde contre le risque pénal qui empêcherait les politiques d’agir. Je ne crois pas qu’il ait raison mais ce sujet est trop sérieux pour être mêlé au badinage qui va suivre.

Badinage certes mais très révélateur de notre étrange conception de la démocratie, de cette République des petites phrases, dont nous raffolons et qui vise à donner à toute force à une indéniable normalité, un tour sulfureux, presque provocateur. Telle une information capitale.

Lors des cérémonies du 11-Novembre à l’Arc de Triomphe, Emmanuel Macron a salué François Hollande après Nicolas Sarkozy et un dialogue de très haut niveau entre les deux premiers a été relevé. Hollande questionne : « Ça va, pas trop dur en ce moment ? » et le président semble avoir répondu, s’il n’y a pas d’erreur : « C’est rien de le dire, merci d’être là, il faudrait qu’on en parle » (Le Point).

Il paraît que Nicolas Sarkozy en est resté interloqué. Il n’y a pas de quoi.

On s’est interrogé sur l’intention de François Hollande en lui prêtant d’emblée un dessein pervers, une jouissance sadique parce qu’il posait une question qui au fond était un pur constat. En effet, c’est « dur » en ce moment.

Il ne fait aucun doute que Hollande qui a été manipulé par Macron au point de ne rien percevoir des agissements ambitieux de quelqu’un qu’il avait pris sous son aile, fera tout ce qu’il pourra pour empêcher en 2022 la réélection de celui qui l’a trahi. Mais il n’en demeure pas moins que leurs échanges d’une extrême banalité, le 11-Novembre, relèvent d’une politesse républicaine et ce n’est pas parce que deux personnalités ne s’aiment pas, ou plus, que tout propos dérisoire émanant de l’une ou de l’autre doit devenir un événement.

Je suis effaré de voir que dans une France qui croule à tous points de vue, ces futilités anecdotiques prennent encore une telle place. Je bats ma coulpe puisque par ce billet j’ajoute une pierre superfétatoire à cette comédie.

Stupéfiant ! Le président et François Hollande ont échangé quelques mots…

Mais on est en France où rien n’est simple.

Lire la suite