Home Brèves Montebourg entérine la retraite à 67 ans


Montebourg entérine la retraite à 67 ans

Il n’y a que les grands naïfs, les enfants en bas âge et les journalistes pour croire que les plaies de la primaire sont refermées. A peine Hollande avait-il renvoyé sèchement à la niche les écolos (qui avaient en bloc soutenu Aubry) sur l’EPR de Flamanville que l’ami Montebourg ouvrait un nouveau Front : la limite d’âge pour les députés. Il vient en effet de réitérer assez bruyamment une demande qu’il avait faite depuis longtemps à la direction du PS : qu’aucun des candidat socialistes aux législatives en 2012 ne soit âgé de plus de 67 ans au moment du scrutin, afin de faire « émerger de nouvelles générations et de nouvelles têtes ». Dans un parti dans le corpus duquel le mouvement et la nouveauté ont remplacé depuis longtemps le changement de société, cette demande aurait dû passer comme une lettre à la poste.

Ben non, ça râle à mort chez les éléphants, il faut croire que certains se sont sentis visés personnellement. Ainsi, 11 novembre oblige, Jack Lang (72 ans)s’est comparé, en toute modestie, à « Georges Clémenceau qui a été président du conseil pendant la guerre de 14-18 et qui a mené la France à la victoire contre l’Allemagne. Il n’aurait pas pu être nommé puisqu’il avait 76 ans ». Même son de cloche chez Laurent Fabius (65 ans), qui a suggéré à Montebourg de prendre sa retraite à 49 ans, et chez beaucoup de ténors aubrystes, y compris les djeunz proches de Benoît Hamon.

Une levée de boucliers qui a obligé le député de Saône-et-Loire à mettre assez joliment les points sur les i : « Quelle est la légitimité de certains députés qui se présentent à un 7e ou à un 8e mandat ? Certains de mes collègues à l’Assemblée étaient députés alors que je n’étais qu’au collège. Pourtant, j’ai presque 50 ans. L’Assemblée nationale et le Sénat sont deux chambres de retraités. »


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Un automne avec Verlaine
Next article Faites l’amour, pas la vaisselle !
De l’Autonomie ouvrière à Jalons, en passant par l’Idiot International, la Lettre Ecarlate et la Fondation du 2-Mars, Marc Cohen a traîné dans quelques-unes des conjurations les plus aimables de ces dernières années. On le voit souvent au Flore.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération