Dans La nef des fous, le philosophe dresse un inventaire des petits délires qui ont rythmé l’année 2020. Causeur l’a lu.


C’est l’histoire d’une maison qui s’effondre, l’histoire d’une civilisation qui s’enfonce non sans plaisir dans l’absurde en se drapant des habits du progrès. Sous la forme d’un journal, Michel Onfray relate des absurdités que Kafka, Jarry et Orwell réunis auraient eu peine à imaginer. D’antispécistes interdisant l’usage de chiens aveugles aux racialistes qui déboulonnent Christophe Colomb de même que les talibans détruisirent les Bouddhas de la vallée de Bamiyan, l’année 2020 a été riche en égarements – certains imputables à de la niaiserie, d’autres à de la folie, beaucoup aux deux à la fois. À l’image de ces derniers, certaines chroniques sont peintes avec une fausse légèreté, d’autres transpirent une consternation que Michel Onfray est bien en peine de dissimuler. 

A lire aussi, Martin Pimentel: Bret Easton Ellis a vu venir la cancel culture depuis longtemps

Castaner: “l’émotion dépasse les règles juridiques”

Souvent ironique, la plume d’Onfray a le bon goût d’être limpide et sans fioritures. On croise une dramaturge qui interdit aux critiques blancs d’écrire sur sa pièce de théâtre, un ancien ministre de l’Intérieur justifier les passe-droits des manifestations Black Lives Matter en pleine épidémie au motif que « l’émotion dépasse les règles juridiques », un imam salafiste interdisant qu’on appelle le coronavirus par son nom, car celui-ci contient « coran », une journaliste féministe proposant dans L’Obs de « profiter du confinement pour réfléchir vraiment à l’autofellation », un glacier danois rebaptisant son eskimo pour ne pas froisser les Inuits, un autre sur la Côte d’Azur débaptisant sa glace l’Africaine suite à la vindicte d’une militante sur Twitter, et une profusion d’autres loufoqueries qui ont rythmé notre année 2020. 

A lire aussi, du même auteur: 

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite