Est-il bien raisonnable de laisser un cinéaste déraisonnable commenter chaque mois l’actualité en toute liberté ? Assurément non. Causeur a donc décidé de le faire. 


On reproche souvent aux journalistes de ne s’intéresser qu’aux petites phrases pour-faire-du-buzz. Et si les politiques arrêtaient plutôt de dire des conneries ? Parce que là, je sature grave.

Inutile de revenir sur la mise en scène de la mélenchonesque perquisition ou sur le courage à géométrie variable de l’outre Jean-Luc – gonflée de son importance dès lors que gardes du corps et caméras garantissent sa sécurité et beaucoup moins guerrier lorsqu’il se retrouve à devoir assumer face au président ses accusations de xénophobie fièrement formulées quelques heures plus tôt.

Personnellement, je ne suis pas choqué par cette perquisition au service de l’enquête, qui doit être menée comme l’ont été celles visant monsieur Fillon ou madame Le Pen. En leur temps, les perquisitions opérées à leur encontre avaient réjoui l’insoumis en chef.

Ce qui me choque, c’est d’apprendre que Sophia Chikirou serait la compagne de JLM. Non pour des raisons morales. Que leurs corps et leurs cœurs exultent, grand bien leur fasse. Je dirais même qu’il a raison de verrouiller sa vie personnelle, les mauvaises langues ont trop vite fait de badbuzzer. Mais la verrouiller au point qu’on trouve un de ses principaux prestataires dans son lit à 7 heures du mat, quel choc !

La patronne n’était pas très chaude pour ce passage. « La fin de la vie privée, c’est la barbarie, m’a-t-elle dit. Je suis pour protéger le secret en toutes circonstances. Mais malheureusement, le chroniqueur est libre… » Eh bien moi, je ne suis pas pour le secret. Alors que Sophia Chikirou est accusée de malversations par des Insoumis du Média et de surfacturations pendant la campagne présidentielle, s’il s’avérait que monsieur Mélenchon était en couple avec elle, cela ne serait pas anodin.

Vous êtes d’accord avec ce que j’ai écrit jusque-là, je vous comprends. Car c’est exactement ce que je pensais jusqu’à ce que la réalité me soit révélée. Mes yeux se sont ouverts l’autre soir grâce à deux témoins de Mélenchon qui faisaient du porte-à-porte dans mon immeuble pour porter la bonne parole. Et ce qu’ils m’ont appris est terrifiant : rien de tout ce qu’on nous a raconté n’est vrai ! Il s’agit bel et bien d’un monstrueux complot politique ! On nous amuse avec ces éclats de voix et ces pantalonnades, mais voici ce qui s’est réellement passé.

Tout d’abord, il faut que vous sachiez que Léon Trotski n’a pas été assassiné. Adepte de randonnées dans la campagne mexicaine, Trotski nettoyait son piolet au retour d’une marche lorsque le coup est bêtement parti tout seul.

Une fois ce point d’histoire précisé, apprenez que, dans le louable souci d’économiser l’argent du contribuable, les juges ont décidé de mutualiser les perquisitions politiques. Une seule équipe, un seul lieu, et surtout… un seul coupable. Le gain est évident.

N’ayant pas eu l’opportunité de perquisitio

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Novembre 2018 - Causeur #62

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite