Le projet de loi prévoyant l’extension de la PMA aux couples de femmes tourne le dos à l’éthique. Soumis au diktat des associations féministes et LGBT, ce texte crée un droit à l’enfant pour satisfaire des caprices individuels.


L’exposé des motifs du projet de loi relatif à la bioéthique, rédigé par des fonctionnaires dont l’indigence intellectuelle et grammaticale s’accroît à mesure de la bêtise sociétale, énonce avec prétention :

« Dans son ouvrage, le Gouvernement a souhaité dessiner un cadre permettant à la liberté de chacun de s’exprimer, dans le respect de l’intérêt collectif en cherchant ce point d’équilibre entre ce que la science propose, ce que la société revendique et les valeurs fondamentales qui soutiennent l’identité bioéthique de la France, pionnière en matière de législation dans le domaine de la bioéthique, tout en accordant une place particulière aux situations de souffrance voire de drame que rencontrent certaines personnes. »

Dans la foulée de ce charabia creux, le titre Ier du texte s’intitule donc « Élargir l’accès aux technologies disponibles sans s’affranchir de nos principes éthiques ». La suite des articles révèle pourtant exactement le contraire puisqu’il s’agit précisément d’abandonner tous les principes qui avaient jusqu’à présent gouverné l’assistance à la procréation et en particulier le principe cardinal qui réservait ces techniques médicales aux pathologies reproductives dûment constatées.

Dans la plus pure duplicité macronienne, le projet de loi affirme respecter des principes éthiques alors qu’il les supprime purement et simplement, l’oxymore jésuite du « en même temps » trouvant là son expression la plus aboutie. Si l’on prête quelque crédit à la formule d’Aimé Césaire selon laquelle « une civilisation qui ruse avec ses principes est une civilisation moribonde », il ne fait guère de doute que ce projet de loi consacre l’abandon définitif de la philosophie des Lumières et scelle la déchéance morale de la civilisation occidentale. La lecture de ce médiocre texte rappelle les recommandations de Philippe Muray exhortant les djihadistes à renoncer aux attentats contre un Occident « déjà mort. S’il fallait en effet se convaincre de notre déadence, ce projet de loi y suffirait.

À lire: PMA pour toutes: la science remplace l’homme

Entièrement soumis au diktat des associations féministes et LGBT, le gouvernement cède sur toute la ligne à l’aide d’un discours euphémisé et abstrait se gardant bien de décrire à quels chantages et exigences socialement nuisibles il accepte de faire droit, n’hésitant pas à présenter les pires régressions comme des « avancées ».

Ce que l’on appelle par commodité la « PMA » (procréation médicalement assistée) se résume pour l’essentiel à l’insémination artificielle d’une femme à l’aide du sperme d’un tiers « donneur » recueilli par masturbation dans les éprouvettes des banques de sperme. Cette élégante « technique » est donc réservée au cas pathologique de stérilité masculine observée dans un couple, au sein duquel l’on substitue donc les gamètes d’un généreux étalon à celles du conjoint défaillant. Il s’agit d’assister médicalement un homme stérile plutôt que sa femme, puisque c’est le sperme paternel qu’il s’agit de remplacer. Dire que l’on veut étendre cette technique à « toutes les femmes » est donc une parfaite absurdité puisqu’il s’agit de remédier à une pathologie masculine et non pas féminine1.

La vérité

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2019 - Causeur #71

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite