Tous à poil, au Liban aussi

Miracle du monde mondialisé : une skieuse libanaise a défrayé la chronique lors des récents Jeux olympiques d’hiver. Un buzz planétaire que la slalomeuse Jacky Chamoun, 22 ans, ne doit pas uniquement, hélas pour elle, à ses exploits sportifs.

En pleins Jeux de Sotchi, une vidéo a surgi sur la Toile montrant la belle athlète seins nus, dans la station libanaise de Faraya, le spot de neige préféré de la bourgeoisie beyrouthine. Horreur et damnation ! La ravissante Jacky a beau répéter que les images incriminées n’auraient jamais dû quitter la caméra de leur auteur, l’emballement médiatique démarre. Très en pointe du parti des prudes, le ministre libanais des Sports, Fayçal Karamé, crie au scandale et diligente une enquête interne de la Fédération de ski afin, dit-il, d’éviter que soit « entachée » l’image du Liban, et pour « protéger la sportive»… Tartuffe, es-tu là ?

L’affaire suscite une vague d’indignation populaire, mais pas exactement celle qu’attendait le ministre. Un élan de solidarité déferle sur Internet, avec, par exemple, la création d’un groupe Facebook appelé « I’m not naked », pour rigoler de la pudibonderie gouvernementale. On y voit toutes sortes de skieurs amateurs poser en petite tenue, leurs Moon Boots et bonnets ne cachant guère les objets du délit.

Résultat, à défaut de médaille olympique − elle n’a fini qu’à la 47e place du slalom de Sotchi − Jacky a brillamment remporté la bataille de la com’ et finit blanchie de tout soupçon d’activités pornographiques.

Gil Mihaely

*Photo: DR.

Lire la suite