La Chapelle-Pajol. Ce quartier du 18e arrondissement de Paris a fait les gros titres de la presse nationale depuis qu’au printemps, une pétition de femmes a dénoncé le harcèlement et les brimades qu’elles subissent dans la rue. Des enfants de l’immigration afro-maghrébine culturellement peu intégrés car restés étrangers à la galanterie française ont été désignés comme les houspilleurs de dame en jupe. Du coup, certaines féministes comme Caroline de Haas, atteinte du syndrome de Cologne, ont minimisé ces nuisances, suggérant d’élargir les trottoirs pour atténuer les tensions !

>> Lire le magazine: Le multiculturalisme contre les femmes

Ce qu’est le multiculturalisme

Ulcérée par cette entorse faite à l’égalité française, Elisabeth Lévy s’afflige de voir cette question sensible prise en otage par notre surmoi antiraciste : « à chaque fois que la question de la coexistence des cultures s’invite dans le débat public, le même mécanisme collectif d’auto-persuasion se met en place et de bons esprits s’efforcent de nous expliquer que ces actes inqualifiables sont le fruit de la pauvreté, donc un peu de nos manquements collectifs ». Eternelle antienne du padamalgam qui justifie tous les aveuglements, au nom d’une vision iréniste du multiculturalisme, lequel « ne résulte pas de la joyeuse coexistence sur le même sol d’individus venus de cultures différentes, mais de la concurrence de plusieurs normes anthropologiques, culturelles, sociales et donc civiques », précise notre directrice de la rédaction.

Témoignage et enquête dans le 18e

Pour étoffer le dossier central que nous consacrons aux infortunes du multiculturalisme, dont les femmes sont peut-être les premières victimes, nous avons convié l’essayiste franco-tunisienne Hélé Béji. Athée issue de deux cultures, l’auteur d’Islam pride décortique les causes du malaise : « il y a eu un double ratage éducatif en France : le prêche des imams dans les mosquées, qu’on a laissé faire, et l’instruction républicaine, la culture classique » que l’école peine à inculquer. Relève un paradoxe : « c’est la démocratie qui a donné aux identités culturelles le droit de s’exprimer, mais ces identités n’ont pas forcément une conduite démocratique ». Sur le terrain, l’ancienne élue séguiniste Roxane Decorte témoigne de l’évolution de son quartier de toujours, passé de bastion populaire à une mosaïque de communautés n’ayant que la misère à se partager. Le reportage que Paulina Dalmayer a pu réaliser à La Chapelle est édifiant, à l’écoute des femmes, loin des bluettes que nous narrent le Bondy Blog ou Mediapart. Pour clore ce dossier, Noémie Halioua raconte avec force détails la nuit de supplice qu’a subie Sarah Halimi, juive orthodoxe assassinée le 4 avril par un djihadiste « déséquilibré ». Ce crime de sang-froid n’a provoqué qu’une omerta médiatique, avant qu’une myriade d’intellectuels comme Alain Finkielkraut, Jacques Julliard Marcel Gauchet ou Michel Onfray ne s’empare de l’affaire.

Milner à la question

Passons aux actualités. Aujourd’hui qu’un nouveau chef de l’Etat préside aux destinées de la « start-up France », Paul Thibaud nous propose une Phénoménologie du macronisme. Outre-Antlantique, notre ami so british Jeremy Stubbs décrypte les enjeux du Brexit qu’une Theresa May affaiblie devra mettre en route. Retour dans l’hexagone. Philosophe, Jean-Claude Milner nous livre ses Considérations sur la France (Le Cerf, 2017), en clin d’œil à Joseph de Maistre. A l’issue de l’entretien roboratif qu’il nous a accordé,  vous saurez tout sur les vues milnériennes sur l’école, la nation traumatisée par 1940, les droits de l’homme et Marine Le Pen.

Au chapitre du transhumanisme, votre serviteur vous a confectionné un petit dossier pour vous forger une idée de la révolution qui vient. Infiniment petit, cellules souches, sciences du cerveau et informatique devraient sinon nous conduire vers l’immortalité, du moins bouleverser nos modes de vie.  De la féministe darwinienne Peggy Sastre, partisane de l’utérus artificiel, au pro-life Jean-Marie Le Méné en passant par mes doutes de décroissant conservateur et l’exposé de Béatrice Jousset-Couturier, tous les courants d’opinion y sont représentés.

Il est temps de vous faire goûter nos entremets. Serge Rezvani, le guitariste de Jules et Jim, inoubliable auteur du Tourbillon de la vie, a accordé un entretien-souvenirs à Patrick Mandon. Cependant que Jérôme Leroy ressuscite l’écrivain romantique oublié Petrus Borel, Thomas Morales admire les costumes de Dalida exposés au musée Gallieni. Causeur, la revue qui aimait les femmes !


Causeur Juin 2017 – #47 par causeur