Home Brèves JO 2012 : Touche pas à ton pote !


JO 2012 : Touche pas à ton pote !

A l’exception du football, je n’ai jamais franchement aimé le sport en général, et l’olympisme en particulier. J’ai toujours trouvé suspecte cette fraternité universelle de substitution, cette hypocrisie coubertinienne qui prétend que l’essentiel est de participer alors que l’essentiel a toujours été d’écraser l’adversaire par des performances supérieures en hypostasiant un féroce esprit de compétition.

Les années passant, cela ne s’est pas amélioré. Les Jeux Olympiques sont devenus depuis belle lurette l’otage des stratèges de la géopolitique ou un champ de bataille pour la guerre économique. Cependant, il aurait été difficile d’imaginer, en plus, que les jeux olympiques sombrent dans le ridicule paranoïaque et hygiéniste.

Il aura fallu pour cela que nos amis britanniques les organisent, comme on le sait, pour 2012. La délégation nationale qui comptera 550 athlètes a reçu des consignes très strictes par le docteur Mc Curdie du BOA (British Olympic Association) : ne pas serrer les mains des autres athlètes et des dignitaires étrangers, notamment lors des cérémonies de remise des médailles. Le docteur Mc Curdie estime en effet que si le Royaume-Uni veut améliorer sa performance des JO de Pékin, il faudra éviter aux compétiteurs brits d’attraper des maladies et donc qu’ils refusent les contacts physiques avec des étrangers dont il est bien connu qu’ils sont porteurs de microbes et autres germes exotiques.

Les Latins ou les Grecs, par exemple, avec leur sale manie d’exprimer leur sympathie ou leur joie en se faisant bises et papouilles à tout bout de champ, font preuve non seulement d’un spectacle déplorable (shocking, ils se touchent !) mais sont aussi de redoutables armes bactériologiques en puissance.

D’ailleurs, ne sont-ils pas tous plus ou moins citoyens de cette informelle confédération de pouilleux que les petits gars de la City ont appelé aimablement les PIGS (Portugal, Italy, Greece, Spain) ?


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Jean-Luc Mélenchon ou les libertés mises au pas
Next article Ne pas vitupérer l’époque
Jérôme Leroy est écrivain et membre de la rédaction de Causeur. Dernier roman publié: Vivonne (La Table Ronde, 2021)

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération