Dans ses Commentaires sur la Société du Spectacle qui ont plus de trente ans, Guy Debord remarquait déjà : « Le gouvernement du spectacle, qui à présent détient tous les moyens de falsifier l’ensemble de la production aussi bien que de la perception, est maître absolu des souvenirs comme il est maître incontrôlé des projets qui façonnent le plus lointain avenir. » On ne pourra que constater, encore une fois, la justesse du penseur et écrivain situationniste suicidé en 1994.

Démêler le vrai de l’info

Pour qui a suivi le mouvement des gilets jaunes et a voulu vérifier ses intuitions après des conversations sur un rond-point, il a forcément été amené à faire un abus de chaînes d’infos en continu qui provoquent la sensation éprouvée par celui qui, faisant preuve de gourmandise devant un paquet de caramels au beurre salé, passe de l’appétit à l’écoeurement puis à la franche nausée.

C’est que l’apparition des chaines d’infos en continu puis celle des réseaux sociaux puis la merveilleuse communion des deux se sont définitivement substitués au réel et ont modifié notre perception. Il est et il sera désormais impossible de démêler le vrai du faux.

A lire aussi: Ce que les médias diront lundi de la « Marche pour la vie » de dimanche

Pour s’informer, c’est-à-dire pour se renseigner sur le réel, il restera seulement, dans un paradoxe qui n’est qu’apparent, la fiction et la poésie. Les gilets jaunes et leur neutralisation en cours par le gouvernement ? Voyez le Rimbaud des Illuminations: « Nous massacrerons les révoltes logiques. (…) Conscrits du bon vouloir, nous aurons la philosophie féroce ; ignorants pour la science, roués pour le confort ; la crevaison pour le monde qui va. C’est la vraie marche. En avant, route. » Un vrai programme présidentiel !

La rebipolarisation par les gilets jaunes

Les gilets jaunes auront au moins eu un avantage : rappeler à quel point le mépris de classe se porte bien et se mue très vite en pure et simple haine de classe qui touche un prisme politique très large, de droite à gauche ou à cette partie de la gauche passée avec armes et bagages au macronisme dès le premier tour de 2017. Il faudrait aller voir, encore une fois, les pages de Sartre sur le Flaubert de la Commune dans L’Idiot de la famille qui se met à vouloir fusiller de l’ouvrier à tour de bras alors qu’on le pensait contempteur de la bêtise bourgeoise. C’est soit par bêtise d’ailleurs, soit par cynisme, soit par un mélange des deux, qu’on ne ne cesse d’accuser, du côté de la domination, les gilets jaunes d’antisémitisme, de complotisme, de soralisme, en gonflant goulûment le rôle de quelques imbéciles soralo-complotistes qui seraient des « leaders ». Ces mêmes accusateurs, de surcroît, ne cessent de faire des procès en sorcellerie, pour complicité avec le Rassemblement national (RN), à tous ceux qui soutiennent, même d’un soutien critique, ce mouvement, comme votre serviteur.

A lire aussi: Elisabeth Lévy: qui va décrocher le populo?

Ces gens-là, ce sont pourtant eux, depuis des années, les principaux fourriers du vote RN. Mais encore une fois, les plus cyniques d’entre eux ne rêvent que de ça : la disparition de la gauche de transformation et un paysage politique limité à l’affrontement artificiel entre un protofascisme populiste et tribunicien, et eux, les bourgeois ou petits bourgeois vaguement éclairés, le sel de la terre mais qui ne sont en fait que des larbins un peu moins mal rémunérés que les autres par le capital, qui sont un peu plus près de la table du festin pour manger les miettes dans la main de leurs maîtres.

Bien entendu, comme ils sont les bons, ils gagneraient toujours à la fin et sauveraient la République chaque semaine, à heure fixe, depuis un compte Twitter ou Facebook et tous les cinq ans aux élections présidentielles avec des taux d’abstention de plus en plus importants.

Qui vit mieux aujourd’hui qu’il y a trente ans ?

Au-delà de ce mouvement, de ses revendications sociales plus que légitimes, quand on prend connaissance du dernier rapport Oxfam sur la répartition des richesses, cela est l’occasion, à travers cette souffrance des humiliés et des offensés que sont les gilets jaunes, de nous poser collectivement les questions essentielles qui les concernent mais concernent finalement toute la société, à part une infime minorité toujours plus riche.

Qui vit mieux aujourd’hui qu’il y a trente ans, à profession identique ? Qui a davantage confiance en l’avenir ? Qui se sent plus aimé ou même pris en compte ? Qui a moins peur ? Qui envisage l’avenir avec optimisme ? Qui n’a pas, à certaines heures crépusculaires, le matin ou le soir, même brièvement, un serrement de cœur qui n’est pas celui que l’on éprouvait jadis devant la rapidité de son existence mais tient davantage au sentiment de participer, malgré soi, à une faillite généralisée ?

Les réponses ne sont pas forcément très agréables à entendre mais, pour le coup, elles n’auront rien de commun avec la réalité falsifiée et amnésique de l’info en continu.

Lire la suite