Image : CGB

Avec sa gueule de viking, de juge intègre et de militante écologiste des quartiers chics d’Oslo, il est devenu plaisant, surtout pour les abonnés du Figaro magazine ou les militants des franges « patriotiques » de l’UMP, de cogner sur Eva Joly et de rire grassement de ce personnage comique qui est l’incarnation de tout ce qu’ils prétendent honnir et vomir. En effet, rien de tel pour dérider le vieil oncle admirateur d’Ivan Rioufol et l’amoureux transi d’Elisabeth Lévy que de moquer l’égérie médiatique de la fin du nucléaire, de flétrir la grande européiste qui veut mettre un terme à deux siècles de militarisme à la française et qui traque inlassablement les chauvins, les machos, les phobes hétérosexuels de race blanche, les mangeurs de saucissons, les buveurs de gros rouge, les fumeurs de cigarettes brunes… Bref, tous ces méchants et vulgaires franchouillards qui portent atteinte aux droits de l’homme post historique !

Il est vrai que la candidate d’Europe Écologie est la représentante caricaturale de cette gauche moderne et modernante dont le langage, le programme et la vision de l’homme semblent sortir d’un chapitre inédit de Festivus Festivus ou d’une nouvelle de J. G Ballard.

Il y a pourtant quelque chose d’agaçant et de gênant dans cette chasse à la bobo-écolo des Fjords, surtout quand les chasseurs jettent la première pierre et volent la poutre qu’ils trouvent dans l’œil de l’adversaire pour s’en faire une matraque. C’est d’ailleurs une pratique courante de cette droite trop sûre d’elle même. Faute d’avoir des idées un peu inédites et un programme plus exaltant que celui de la Droite populaire (l’ordre, la sécurité, le saucisson, le nucléaire) ou de ces nouveaux « populistes » européens (l’ordre, la sécurité, le saucisson, la gay pride) qui confondent trop souvent la défense de la chrétienté avec celle de la charcuterie et d’un libéralisme très moyen occidental, la droite « respectable »[1. Qui n’a jamais voté FN mais en rêve secrètement quand elle sent le vent tourner.] frappe sur des adversaires inoffensifs qui n’effrayent que les rombières de la région lyonnaise.

Après le gauchiste, le socialo communiste, le khmer vert, l’autonome, elle s’est ainsi trouvée en Eva Joly une cible qui lui permet de ne pas répondre aux questions embarrassantes qu’on serait tenté de lui poser sur sa propre vacuité. Plutôt que de s’attaquer profondément aux dogmes progressistes et d’en tirer les conclusions qui s’imposent sur les questions écologiques et sociales, elle est trop heureuse de détourner les regards vers la pauvre candidate verdâtre et de moquer facilement son « irréalisme » en matière nucléaire. Plutôt que d’interroger les liens entre sa longue soumission à la logique libérale et la destruction du sentiment national et des communautés enracinées, elle préfère bomber le torse en se scandalisant de propos dérisoires inspirés par un pacifisme niais. C’est la tactique classique de la diversion. Cette droite ne veut surtout pas que l’on aille jeter un oeil indiscret sur son passé, sur ce qui lui tient lieu de conviction, sur le personnel qui la représente, sur son bilan et ses ambitions, etc.

Le verdict serait terrible car elle n’est plus rien de respectable. La droite rampe à travers des slogans éculés redécouverts à des fins électoralistes. Elle s’attache à de ridicules intellectuels de cour dont la plupart sont des penseurs digestifs ou des néo-hussards radotants. Mieux, elle attise les vieilles haines sociales et flatte les mauvais instincts d’une petite bourgeoisie qu’elle a appauvri.
Cette droite-là a substitué de très petits libéraux à Charles Maurras et Bertrand de Jouvenel : elle n’a ni écrivain ni poète ni penseur ! Ses représentants politiques ne valent pas mieux : ce sont de pénibles bouffons dont qui nous font même regretter les élégantes et pittoresques crapules de la décennie Mitterrand !

Ce rapide réquisitoire est-il injuste ? Sans doute et il est vrai que l’autre rive offre un spectacle aussi peu ragoûtant… Tout cela indique éloquemment de quelle époque médiocre nous sommes les contemporains. Mais l’ironie d’un quelconque VRP de la droite ou d’un salarié du lobby nucléaire devant la cocasse et inoffensive Eva Joly peut mettre en rogne, surtout quand il s’agit d’un des innombrables incultes de l’UMP. Autrefois, ces gens se taisaient. Il arrivait même qu’ils soient fustigés. On se prend parfois à le regretter !

Lire la suite