Home Société Dieudonné, Zemmour, même combat

Dieudonné, Zemmour, même combat

Dieudonné,  Zemmour,  même combat

Dieudonné

La liberté d’opinion est un des principes majeurs de notre démocratie. Eric Zemmour peut recycler les pires idées, en revanche, il doit assumer, sans lâcheté, la critique ainsi que les conséquences de ses propos lorsqu’il ne respecte pas la loi.

Il y a longtemps que M. Zemmour, très apprécié par Minute ou Radio-Courtoisie, développe une monomanie à l’encontre des “Noirs” et des “Arabes” comme un autre provocateur, un humoriste, développe une monomanie à l’encontre des juifs.

En France, le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit. Jean-Paul Sartre, dans Réflexions sur la question juive, disait de cette passion que certains confondent avec une opinion : “Ce mot d’opinion fait rêver.” Sartre refuse de considérer comme opinion une doctrine qui vise expressément une partie de la population et qui tend à supprimer leurs droits. N’en sommes-nous pas là ?

[access capability=”lire_inedits”]Eric Zemmour, dont les propos empruntent à l’extrême droite, peut-il impunément diffuser son poison dans l’espace public et :

  • justifier les contrôles au faciès, interdits par la loi, en disant que “les Français issus de l’immigration sont plus contrôlés que les autres parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est un fait ?” (Canal+, 6 mars 2010) ;
  • inciter à violer les lois qui interdisent la discrimination en déclarant que les chefs d’entreprise qui disent aux agences d’intérim “Je ne veux pas de Noirs et d’Arabes” ont le droit de le faire ? (France O, 6 mars 2010).

Non seulement M. Zemmour semble légitimer la délinquance, mais il l’encourage.

On a beaucoup écrit sur les propos qu’il a tenus sur Canal+. Les belles âmes se sont écriées : “Vive la liberté d’expression !”, d’autres, quelquefois les mêmes, ont dit : “Ben, c’est la vérité ! Il dit tout haut ce que beaucoup pensent tout bas…” Cela ne vous rappelle personne ?

Un avocat-général a validé sur son blog, l’“intuition” de Zemmour en proposant « à un citoyen de bonne foi de venir assister aux audiences correctionnelles et parfois criminelles à Paris ».

On croit rêver !

Une intuition n’est pas un fait ! Pourquoi le magistrat ne parle-t-il pas des audiences de Tulle ou de Guéret ?

Et on oublie de dire que, regardant la délinquance en col blanc, celle des milieux financiers, économiques ou politiques, il semble ne plus y avoir de surreprésentation de Noirs et d’Arabes ! On oublie le lien si évident entre les contrôles au faciès et cette surreprésentation dans certains tribunaux des grandes villes.

On passe sous silence que ces jeunes hommes, (curieusement, il y a peu de vieilles dames jugées pour violence ou vol à la tire !) sont souvent pauvres et au chômage.

Ce que l’on voit dans certains tribunaux ne fait que traduire la situation dans laquelle se trouvent aujourd’hui une partie des Français noirs et arabes. Non, la délinquance n’est pas liée à la couleur de peau. Il n’est pas digne de transformer une conséquence en cause.

Les Français des minorités veulent, peut-être encore plus que les autres, la liberté, l’égalité et la fraternité.[/access]

Avril 2010 · N° 22

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Pédophilie : du crime au tabou
Next article La dernière béatitude
Patrick Lozès est président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN). Dernier ouvrage paru : <em>Les Noirs sont-ils des Français à part entière ?,</em> avec Bernard Lecherbonnier, À dire vrai/Larousse, mars 2009.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération