Home Culture Des nouvelles entre réel et fantastique


Des nouvelles entre réel et fantastique

Des nouvelles entre réel et fantastique

poitevin duquesne reveils

Boudé par les lecteurs, incompris des libraires, méprisé par les éditeurs, le genre littéraire de la nouvelle n’a pas le vent en poupe. C’est le moins qu’on puisse dire. A moins d’être édité chez l’une des six maisons majeures, titulaire d’un grand nombre de prix et de vendre des milliers d’exemplaires. Là, on vous édite comme si on acceptait que vous entreteniez une aventure passagère avec une danseuse ou une demi-mondaine.

Ce n’est pas le cas de Patrick Poitevin-Duquesne qui, au fond de sa province, avance, patiemment, têtu, avec ses textes courts qu’il publie de-ci, de-là, dans revues, journaux et blogs qui consentent à héberger son talent. Du talent, il en possède; c’est indéniable. La preuve, le premier recueil, Réveils difficiles…, qu’il vient d’éditer dans la collection Chiendents de l’éditeur nantais Le Petit Véhicule.

Neuf nouvelles, dont six déjà publiées, les trois autres sont inédites. Elles sont toutes du meilleur cru. Patrick Poitevin-Duquesne détient un univers; ça devient rare. Il oscille, mystérieux, envoûtant, entre le réalisme de terroir (il s’inspire souvent des paysages de Picardie où il vit) tissé de brumes urbaines, d’arbres aphylles, de départementales mornes, rectilignes, betteravières, et une manière de fantastique social qui pourrait l’apparenter à Pierre Mac Orlan, Maupassant ou Edgar Poe. Car, Poitevin Duquesne aime engager ses personnages dans des voies où les situations absurdes, dadaïstes, côtoient le surnaturel.

Ses outils sont simples. Il utilise peu d’effets, sauf quelques rares jeux de mots et métaphores. Son écriture est plus simple et limpide que réellement blanche. Il sait où il va; il n’a pas son pareil pour entraîner son lecteur par la main.

Exemple, “Etang donné”, archétype même de la nouvelle fantastique, propose un narrateur bien ancré dans la réalité. Il enfourche son VTT, déboule sur les berges d’un fleuve (qui pourrait être la Somme), et, à la faveur d’un endormissement, se retrouve ailleurs, loin, avec, devant lui, une femme mystérieuse : Marie Greuète, celles des légendes qu’on n’a pas forcément envie de croiser.

Autre texte fort : “Quartiers chauds”, une nouvelle animalière dont le chat Georges chausse les bottes du héros. On ne passera pas non plus à côté de “Tout le monde descend”, avec un très beau portrait de femme, et de “Sable et mouvant…” texte surprenant et très… animalier.

Patrick Poitevin-Duquesne possède le sens de la brièveté. C’est une force. 

Réveils difficiles…, Patrick Poitevin-Duquesne, éd. Le Petit Véhicule (20, rue du Coudray, 44000 Nantes; éditions.petit.vehicule@gmail.com; 02 40 52 14 94), coll. Chiendent, 2013.

 

*Photo : NIKO/SIPA. 00611872_000002.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Raymond Chandler, Orson Welles : Mes haïkus visuels
Next article Deux réacs au cinéma
Il a publié une vingtaine de livres dont "Des Petits bals sans importance, HLM (Prix Populiste 2000) et Tendre Rock chez Mille et Une Nuits. Ses deux derniers livres sont : Au Fil de Creil (Castor astral) et Les matins translucides (Ecriture). Journaliste au Courrier Picard et critique à Service littéraire, il vit et écrit à Amiens, en Picardie. En 2018, il est récompensé du prix des Hussards pour "Le Chemin des fugues".

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération