C’est fini : jusqu’à demain 20 heures, c’est le silence radio, ou genre : les candidats ne doivent plus faire campagne, de quelque manière que ce soit, et les médias ne doivent plus se faire l’écho d’éventuelles actions de campagne.

Qu’à cela ne tienne, nos télés en mal de feuilleton des boules puantes, des petites phrases ou des ralliements de la vingt-cinquième heure se sont rabattues en chœur sur le marronnier habituel de ces périodes légalement sensibles : l’abstention.

Un terrain a priori on ne peut plus déminé, mais qui n’empêche pas de raconter de grosses âneries, notamment chez BFMTV, qui semble s’être imposé comme le champion de cette spécialité.

Ainsi, le jeune crétin qui nous rappelle les taux de participation depuis 1965 se croit-il obligé d’expliquer le plus doctement du monde que le pic spectaculaire de non-votants atteint au second tour de la présidentielle de 1969 est dû à ce que l’élection « était jouée d’avance en faveur de Georges Pompidou » Ah bon ? Même le plus embouché des élèves de Sciences Po est pourtant censé savoir que si l’abstention avait atteint le taux record de 31%, le 15 juin 1969, c’est parce que le candidat du PCF, le truculent Jacques Duclos, avait appelé ses ouailles à ne pas choisir entre Pompidou et le centriste Poher, avec un slogan-maison à faire crever d’envie tous les pros de la com :

Mais tout cela est sans doute trop compliqué pour notre ami de BFM, qui se contentera, lui, d’un bonnet d’âne…

Lire la suite