Home Politique Égalitarisme à l’école: marelle et foot à égalité


Égalitarisme à l’école: marelle et foot à égalité

Les nouveaux maires EELV disent vouloir "dégenrer" les cours d'école

Égalitarisme à l’école: marelle et foot à égalité
Le maire de Lyon Grégory Doucet (photographié ici en septembre 2020) entend limiter la place occupée par les jeux de balle dans les écoles © Bony/SIPA Numéro de reportage: 00982816_000024

Dans les écoles, EELV ne “fait pas genre”


La chasse au mâle blanc occidental qui viole les femmes et pille les ressources de Gaïa bat son plein. Après avoir déploré le “machisme” du Tour de France, et exigé l’organisation d’une course féminine sous peine de ne plus accueillir la compétition, le maire de Lyon Grégory Doucet a présenté un vaste plan de végétalisation des cours d’écoles et de piétonisation des abords de 200 établissements. Les aménagements font consensus, même si le retrait du bitume dans les cours fait craindre des lessives plus compliquées les jours de pluie. Rénovés en coconstruction avec plus d’arbres, les espaces favoriseront l’ombre, la canicule revenant fréquemment miner la ville. 

Travailler l’occupation de l’espace

L’adjointe à l’éducation Stéphanie Leger profite des chantiers lancés pour travailler l’occupation de l’espace et s’attaque aux garçonnets jouant au foot à la récré, ces petits Talibans en puissance qui s’ignorent. 

A lire aussi: Écriture inclusive: cette algue verte intrusive

« Il s’agit de voir comment organiser l’espace pour qu’il ne soit plus occupé au centre par les garçons jouant à la balle avec, autour de la cour, les filles qui discutent, et tendre vers des activités pour tous et une occupation égale du lieu. » 

Ces idées sont déjà en vogue du côté du voisin grenoblois. “Dégenrer les cours d’école” était le chantier majeur de l’été d’Eric Piolle, réélu. Toute une presse applaudit la démarche et nous abreuve d’un galimatias sociologique autour des “inégalités de genre”. Ainsi, Libération détaillait cet été le projet grenoblois “Libre cour” dans un article au titre réjouissant : “A Grenoble, fini le bleu et le rose, la récré passe au vert”. Piolle balaie toutes les critiques : “Notre société évolue très vite et certains refusent de voir des réalités, comme la sortie de la domination patriarcale ou le changement climatique. Cela génère des incompréhensions souvent très violentes”. Le masculin, décrié, est prié de se faire plus discret. Voir des rapports de domination partout et du patriarcat jusque dans les jeux d’enfants, voilà où les Verts en sont rendus. 

Judith Waintraub, cette redoutable masculiniste

“Mais au fait, dire que les jeux de ballons sont des jeux de garçons, ce ne serait pas un stéréotype sexiste ?” raille la journaliste Judith Waintraub du Figaro magazine. C’est une réac qui offre sûrement des Barbie à ses nièces.

A lire ensuite: Les trottinettes électriques, un bilan carbone problématique

Si l’on a renoncé à regret à convertir tous les garçonnets à la marelle, ils se pousseront dorénavant, pour laisser de la place aux filles ! 

Talleyrand a écrit que “les femmes pardonnent parfois à celui qui brusque l’occasion, mais jamais à celui qui la manque.” Il n’est absolument pas certain que nos enfants rééduqués comprendront demain le propos de ce vieux macho. Il ne faut pas pousser. Autre temps, autres mœurs.


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Fils à papa, orphelin de père, OGM…
Next article Anne-Sophie Chazaud: autopsie d’une révolution culturelle à bas bruit
Rédacteur en chef du site Causeur.fr

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération