Je suis très heureux que Louis-Ferdinand Céline soit exclu des Célébrations nationales 2011, et très satisfait qu’Hervé Bazin y figure. Plus que cela même : j’en suis soulagé, voyant ainsi l’ignoble auteur de Mort à crédit et de Féérie pour une autre fois privé d’un florilège de gâteries et laissé à son indignité.

Lire la suite