Home Édition Abonné Afrique du Sud: une alliance historique entre Zoulous et Afrikaners


Afrique du Sud: une alliance historique entre Zoulous et Afrikaners

Nelson Mandela en a rêvé... ou presque

Afrique du Sud: une alliance historique entre Zoulous et Afrikaners
Julius Malema, août 2018. ©Rajesh Jantilal

En Afrique du Sud, l’été a été très chaud et mouvementé. Cinq mois après le vote du Parlement qui a ouvert la voie à l’expropriation des terres de fermiers blancs s’est nouée une alliance historique entre Zoulous et Afrikaners. Le roi zoulou Goodwill Zwelithini, représentant la première ethnie du pays, a en effet convié en son palais une délégation du mouvement AfriForum, dirigé par Kallie Kriel, du syndicat Solidarité, de Flip Buys, et de la Fédération des organisations culturelles afrikaans, présidée par Daniel Goosen, pour signer un accord de « coopération positive basée sur le respect mutuel et de reconnaissance ».

Mandela avait fait un rêve

But de la manœuvre ? Faire front commun contre le gouvernement ANC, quitte à ressusciter l’alliance qu’avaient scellée l’extrême droite blanche et les Zoulous peu avant la chute du régime d’apartheid pour préserver leurs intérêts agraires communs. Avant de se saborder, l’ancien régime avait ainsi fait un cadeau empoisonné à Nelson Mandela, laissant l’Ingonyama Trust (contrôlé par les Zoulous) gérer 30 % des terres arables de la province du Kwa-Zoulou. Des privilèges aujourd’hui remis en cause par le mouvement du populiste Julius Malema, qui n’a pas hésité à dénoncer également ceux que possèdent encore les Afrikaners sur presque la moitié des terres cultivables.

A lire aussi: Emmanuel Macron ne comprend rien à l’Afrique

Dans son combat contre l’expropriation, le souverain Goodwill Zwelithini maintient une forte pression sur le président Cyril Ramaphosa afin qu’il retire le projet de loi controversé, allant jusqu’à brandir la menace d’une sécession et d’un conflit dévastateur « comparable à ce qui se passe en Israël ». Quant aux Afrikaners, ils craignent un nouveau Zimbabwe, qui les contraindrait à quitter le continent noir.

En vue des élections générales de 2019, le rapprochement zoulou/afrikaner sème l’émoi dans le paysage politique local. Risquant de plonger l’Afrique du Sud dans une grave crise économique, l’ANC est en passe d’accomplir le rêve de Mandela : constituer une nation arc-en-ciel post-raciale. Contre elle.

Histoire de l'Afrique du Sud

Price: 11,80 €

13 used & new available from 8,26 €

Septembre 2018 - Causeur #60

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Chemnitz: des pseudo-nazis ouverts au dialogue
Next article Vacances: vous rentreriez si vous pouviez faire autrement?
Journaliste , conférencier et historien.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération