Pendant l’élection présidentielle et le déluge démagogique et populiste qui l’accompagne, le mouvement réel de la société ne saurait rester entre parenthèses.
Aussi devions-nous saluer le dispositif des « Pierrots de la Nuit » mis en place à partir de ce week-end par Bertrand Delanoë, au terme d’une longue et vivifiante négociation entre les autorités et les acteurs de la vie nocturne : Réseau Musiques actuelles à Paris (MAP) ; Chambre Syndicale des Cabarets Artistiques et Discothèques (CSCAD); Nuit Vive; Fêtez clairs; Paris Nightlife ; Syndicat National des Entreprises Gaies (SNEG).

Au terme de cet accord, 37 artistes – comédiens, mimes ou danseurs – accompagnées d’une dizaine de médiateurs sillonneront les rues de la capitale pour inciter les usagers de la nuit à s’amuser ou travailler…sans réveiller. Ils seront, nous promet le maire, 60 artistes et 20 médiateurs d’ici juin 2012. Pourquoi faire ? En clair, ils demanderont aux Parisiens qui sortent des bars ou clubs pour fumer une cigarette sur le trottoir de ne pas réveiller les riverains.

L’objectif de l’opération est d’ailleurs fort bien explicité par le communiqué officiel de la Ville de Paris consacré à cette importante novation sociétale :

Les Pierrots de la Nuit se dotent de moyens d’actions efficaces et innovants de pour mener à bien leur mission de promotion d’un vivre-ensemble plus harmonieux :
– La mise en œuvre d’un dispositif de médiation complet et innovant sur le terrain, avec des intervenants artistes accompagnés de médiateurs sociaux, dans les rues de Paris et ses alentours
– La mise en place d’un véritable lien et dialogue entre les différents partenaires de la nuit parisienne, à travers une signalétique et des outils de communication originaux
– Un réseau associant tous les acteurs du monde de la nuit à Paris
– Une présence sur le terrain accrue au cœur des problèmes de la nuit parisienne
– La promotion des artistes de rue : plus de 400 interventions sur le terrain
– La diffusion de messages de sensibilisation aussi bien à l’intérieur des établissements que par les interventions des artistes et médiateurs. (Fin de citation)

Les Pierrots de la Nuit (dont le budget global est estimé par Le Figaro à 270 000 €) interviendront dans une série de quartiers sensibles : Montorgueil, Marais, Oberkampf, Butte aux Cailles, Contrescarpe, Abbesses, Bastille et aussi sur les Grands Boulevards, aux alentours du Métro Poissonnière…

Lire la suite