Si le déconfinement, période floue, devait se résumer en une seule image, c’est bien celle de l’arrestation de Farida C., le 16 juin, selon Jérôme Leroy.


C’est tout de même revenu très vite, les vilaines habitudes du pouvoir. 

Nous ne sommes même pas totalement déconfinés que le macronisme reprend la main pour mieux gifler ceux qu’il fallait applaudir, la bonne conscience en bandoulière, alors que les soignants criaient dans le désert sur la situation désastreuse de l’hôpital depuis des mois.

Lors des manifestations du 16 juin, une seule image a résumé ce retour à l’ordre. C’est l’arrestation, pour le moins musclée, d’une infirmière de cinquante ans. Je ne reviens pas sur les faits eux-mêmes mais sur les réactions des habituels thuriféraires du macronisme, politiques et médiatiques. Ils sont à nouveau en marche après cette arrestation suivie d’une garde à vue et d’un procès qui aura lieu en septembre après la plainte de quatre CRS, sans doute étranglés par le stéthoscope manié par l’agresseuse d’1m55.

Pierres lancées sur les forces de l’ordre

Ce qui est intéressant, c’est que cet épisode nous permet de mettre à jour un raisonnement tranquillement malhonnête et très à la mode. À quoi, en 2020 reconnaît-on un macroniste, qui est finalement le frère jumeau mais avec du déodorant et bien coiffé, de la droite dure ?  Eh bien pour ces brillants dialecticiens, quand il y a une victime de la police, ce n’est pas la police qui est coupable, c’est évidemment la victime. La victime avait provoqué, – on remarquera qu’on accuse de la même manière les femmes violées de l’avoir bien cherché -, ou elle avait un passé de délinquant ou elle était la petite cousine par alliance de la belle-soeur d’un dealer. Par exemple, l’infirmière en question, elle, avait lancé des pierres sur la police et fait des doigts d’honneur. 

A lire aussi, Isabelle Marchandier: Dijon brûle et nous regardons ailleurs

Peu importe qu’elle se soit épuisée pendant trois mois, 18 heures sur 24, dans les services Covid,  qu’elle ait assisté à la mort de trente patients, qu’elle soit dans une rage folle devant les promesses trahies, son comportement justifie son traitement. C’était pareil pour Traoré qui vient forcément d’une famille de délinquant, c’était pareil pour Cédric Chouviat, le livreur père de famille décédé en janvier 48 heures après son interpellation : il roulait sans permis, ce qui vaut bien la peine de mort. À la limite, on devrait même se féliciter que l’infirmière en question s’en tire si bien face à une police excédée qui s’est montrée si aimablement républicaine en la menottant et en l’agenouillant, le front en sang.

Violence légitime

Comment le dire sans être désobligeant? La police est cette institution qui a ce qu’on appelle le monopole de la violence légitime. Elle doit donc en user avec discernement et de manière proportionnée. Elle doit se comporter de façon d’autant plus exemplaire qu’elle est armée, ce qui n’est pas le cas des citoyens.

Transposons un instant la situation au monde enseignant, vous savez là où on a trouvé tant de profs décrocheurs pendant le confinement qui se sont roulés les pouces et qu’il faudra sanctionner nous dit Blanquer, paniquant à l’idée que son incompétence ne lui retombe dessus lors d’un prochain remaniement.

Maitriser ses nerfs

Eh bien, si tous les profs se comportaient face à des élèves insultants, violents, comme la police se comporte avec des manifestants, même agités, même décidés à en découdre comme les Blacks Blocs,  il y aurait aussi du sang sur les murs de nos écoles. Mais le prof se souvient, parfois avec difficulté, mais il s’en souvient, qu’en face de lui ce sont des mômes, au bout du compte, et que lui est un adulte.  On peut au moins demander aux policiers, ou à leur commandement, de se souvenir qu’en face d’eux,  ce sont des civils. Alors, on est professionnel, on respire un bon coup et on passe à autre chose. Personne n’oblige un prof à être prof, personne n’oblige un policier à être policier S’ils n’ont pas les nerfs, ils n’ont qu’à changer de job et qu’on n’en parle plus.

A lire aussi, Erwan Seznec: L’étrange arrêt-maladie d’Assa Traoré

Ce dont il va falloir parler, en revanche, dans les mois qui viennent, si la pandémie ne revient pas pointer son nez, c’est comment en finir avec un système tellement plastique qu’il arrive à se nourrir de tout, y compris des catastrophes qu’il a lui-même provoquées.

Mais c’est une autre histoire.

Un autre son de cloche sur cette affaire, Elisabeth Lévy:

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Jérôme Leroy
Écrivain et rédacteur en chef culture de Causeur. Derniers livres parus: Nager vers la Norvège (Table Ronde, 2019), La Petite Gauloise (Folio Policier, 2019)
Lire la suite