Comment faire voter les jeunes aux européennes ? Pour les communicants 2.0, l’équation est simple : abstention = jeunes et jeunes = sexe. Donc pour mobiliser les jeunes qui ont leur cerveau dans leur slip, il faut leur faire croire que l’Europe les aide à avoir une sexualité épanouie. Car, c’est bien connu, ledjeune est égoïste, il se fiche des vrais enjeux. Rien à foutre du Traité Transatlantique, de l’euro, du chômage : il faut lui parler en dessous de la ceinture.

Après la déclaration du président du PPE qui explique que l’Europe unie, c’est le porno sans frontières. Après l’affiche des Jeunes Européens montrant une jeune fille au lit avec deux garçons hésitant, sa carte électorale à la main avec le slogan « choisis qui tu veux » (une référence subliminale au « Fuck the UE » de Victoria Nuland, sans doute). Après le préservatif dadaïste « Donnons vie à l’Europe » d’EELV, le MJS a enfin frappé, reprenant son titre légitime de palme d’or de la crétinerie communicationnelle.

Dans une vidéo d’une minute appelée « Episode 1 » (ce qui laisse présager le pire), les MJS Nord mettent en scène l’argument prétendument prioritaire pour l’Europe en crise : le droit à l’avortement européen. On y voit un djeune numéro 1 sobrement nommé « Jerem » confier à sa coloc probablement féministe son vœu de partir à l’étranger en Espagne. Elle lui répond, pragmatique : « C’est cool l’Espagne, plage soleil, nanas… par contre, si tu rencontres une nana et qu’elle tombe enceinte, elle ne pourra pas avorter ». Parler d’IVG au petit déjeuner, quoi de plus normal pour un djeune 2014.

Et Jerem, acteur de seconde zone ayant de fortes similitudes physiques avec un appareil génital de type masculin et la même expressivité, de répondre, voyant son futur de nightclubber madrilène s’anéantir à cette hypothèse : « Ah ouais ben alors je vais pas aller en Espagne ». Et d’ajouter mollement « il faut que ça change ».

Si je voulais jouer les féministes, je pourrais dire que cette utilisation de l’avortement comme mise à disposition du corps de la femme me rappelle les heures les plus sombres de l’hétéropatriarcat. Mais passons.Passons aussi sur le fait que l’avortement ne soit pas un droit, encore moins un droit européen.

Plutôt optimiste, je noterais plutôt une convergence de points de vue entre adversaires de l’avortement et jeunes socialistes : la solution la plus efficace contre l’IVG, ça reste l’abstention !

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Lire la suite