Tandis qu’en Occident, le féminisme s’esquinte à surmonter ses divisions, en Pologne, l’union fait la force des suffragettes. Le Ve  Congrès des femmes, organisé en juin à Varsovie, en a été la démonstration suprême. Qu’elles se disent de tradition libérale ou socialiste, pro-sexe ou pas, les 8500 déléguées se sont accordées sur un constat : l’état de santé des hommes polonais pose un problème. Le débat, annoncé sous le titre « L’homme, cet inconnu », visait à déterminer une conduite appropriée des femmes face à la fâcheuse attitude de la population masculine, encline à renvoyer aux calendes grecques les examens périodiques de santé et autres dépistages. Faut-il encore charger les femmes d’une responsabilité supplémentaire, à savoir celle de veiller sur la santé des hommes ?

*Photo : unclepaul.

Lire la suite